Livre: Peau rouge, masques blancs. Contre la politique coloniale de la reconnaissance de Glen Coulthard

Résumé

Le paradigme hégélien de la reconnaissance, admirablement critiqué par Frantz Fanon dans l’œuvre phare à laquelle ce livre rend hommage, est aujourd’hui évoqué, sous sa forme libérale, dans les débats entourant l’autodétermination des peuples colonisés, notamment les peuples autochtones d’Amérique du Nord. Politologue et militant, membre de la Nation dénée du Nord-Ouest du Canada, l’auteur reprend ici la critique fanonienne et démontre en quoi cette reconnaissance ne fait que consolider la domination coloniale.

Cet ouvrage de théorie politique engagée appelle à rebâtir et redéployer les pratiques culturelles des peuples colonisés sur la base de l’autoreconnaissance, seule voie vers une réelle décolonisation. Penseur marxiste, Coulthard sait que le marxisme ne peut s’appliquer tel quel à la lutte des Autochtones, mais il en souligne la contribution potentielle et signe ici un véritable traité de combat décolonial et anticapitaliste.

Auteur 

Glen Sean Coulthard est professeur au programme d'études des Premières Nations et au Département de sciences politiques de l'Université  de la Colombie-Britannique. 

Éléments-clés de ce livre

Objectifs du chapitre Introduction:

  • Mise en contexte de la notion d’accumulation primitive de Marx
  •       Lien avec Frantz Fanon sur la reconnaissance et le colonialisme
  •       Les demandes des communautés autochtones : « la plupart demandent le transfert de territoires, de capitaux et de pouvoirs politiques de l'État aux communautés autochtones, par l'intermédiaire d'une combinaison de règlements de revendications territoriales, d'initiatives de développement économique, et d'ententes relatives à l'autonomie gouvernementale.» p.17

Le but du livre: 

  •       Analyse critique des différentes traditions et pratiques anti-impérialiste  afin de déconstruire l’idée que la relation entre l’État et les communautés autochtones peut être transformé à l’aide d’une politique de reconnaissance. « La politique de la reconnaissance telle qu'elle apparaît dans sa forme libérale actuelle reproduit inévitablement les configurations du pouvoir étatique colonialiste, raciste et patriarcal que les demandes des peuples autochtones en matière de reconnaissance essaient pourtant de transcender depuis des décennies. » p.17
  •       la grande faille dans cette politique de reconnaissance, ne réponds pas aux besoins des autochtones. Comme pour le mouvement féministe aux USA, c'est une trahison, les politiques et les choix ne concernent plus les personnes femmes noires ou autochtones (hook, 2015)

Pour consulter le livre

note Note(s) liée(s)

bookmark Terme(s) relié(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 2 notes
Résumés de livres
file_copy 2 notes
person
Intégré par Sam Paquette, le 22 janvier 2024 16:34
file_copy 22 notes
Réflexions et outils sur la décolonisation
file_copy 22 notes
person
Intégré par Samantha Lopez Uri, le 30 mai 2023 16:38

Auteur·trice(s) de note

forumContacter l’auteur·trice

Communauté liée

Équipe de Projet collectif

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

30 mai 2023

Modification

19 juillet 2023 13:49

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Samantha Lopez Uri. (2023). Livre: Peau rouge, masques blancs. Contre la politique coloniale de la reconnaissance de Glen Coulthard. Praxis (consulté le 13 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/7zTSJHQKC4zUQ5i7_Ex01Mr_LzU/.

shareCopier