Commoning in enclosures? Reclaiming space as place in the digital age

This note is part of the Commoning Beyond Growth Workshop, which took place in Nottingham from June 5 to 7, 2024.

Cette note s'inscrit dans le colloque le Commoning au-delà de la croissance, qui a eu lieu à Nottingham du 5 au 7 juin 2024.

💡 Une traduction de la note en français est disponible plus bas.

By Jack Davis and James Scott Vandeventer Manchester Metropolitan University

Commons and "communing"

  • Commons: Resources collectively managed by a community rather than being privately or publicly owned. 
  • Emphasis on shared assets that contribute to the well-being and sustenance of communities. 
  • Characterized by principles of accessibility, participation, and cooperation.
  • Related notion of ‘commoning’: the process of creating and maintaining the commons
  • Our interest is in the dynamic process of collective management.
  • We also consider the overlap with conversations around conviviality and notion of ‘living otherwise’ or ‘living the good life together’ (Guercini and Ranfagni, 2021).

How can this go beyond managing resources to encompass processes of social change and emancipation in enclosures?

Common(ing) in the era of digital enclosure

  • Commodification processes as ‘enclosure’ – there is nothing natural about commodification (Fournier, 2013). 
  • New relevance in an era of growing digital commodification which increasingly encroaches in various spaces of our lives.
  • Ongoing discussions concerning the digital commons relate to the possibilities and challenges of digital emancipation, social fabrics of community or alternative economies (Zwick and Bradshaw, 2016; Ossewaarde and Reijers, 2017; Schüßler et al., 2021; Ridley-Duff and Bull, 2021). 
  • The “digital commons embody communitas and are characterized by rapidly evolving liminal or not so liminal structures, constantly interacting with the dominant capitalist superstructures” (Kostakis, 2018: 815).

Digital commons and space/place

  • There are debates concerning rentier platforms that transcend the digital and shape space in the urban (Kostakis, et al., 2018; Ossewaarde and Reijers 2017).
  • Questions remain around the potential of ‘hybrid’ digital commoning and its emancipatory potential (Ossewaarde and Reijers, 2018).
  • This relates to the working definition of commons and communing;  the ongoing discussions between their contribution to capital or commodification, as well as their subversion of it (De Angelis and Harvie, 2014).

Our underdeveloped theoretical framework of space and place

Doreen Massey: 

  • Space and place are imbued within, and shape, spatial relations and experiences. Often, spaces and places are structured to reinforce dominant hierarchies. 
  • Space is not static or singular, and place is imbued with social, cultural, and historical meanings – not simply a geographical place.
  • Place is shaped by the experiences and interactions of people within a particular space
  • Embodiment and the 'happenstance juxtaposition of previously unrelated trajectories' (Massey, 2005:94) are key – how we interact with (more-than-human) others, shaping environments beyond preconceived notions (i.e. identity, belonging).
  • Can we develop this into thinking about how space becomes place through a process of embodiment in the digital age? 

Working question(s)

  • Where can a more emancipatory form of ‘commons’ or even ‘commoning’ exist in digital spaces, establishing them as a place in the digital space? 
  • How might such processes also influence offline environments?

Method

  • Two case studies, building on ethnographies of two communities
  • One entirely digital, self-organised by fans of the band Idles
  • The other a digital group set up by an existing offline community on a housing estate in the Northwest of England
  • Chosen due to their global/local outlook and how they influence ‘space as place’ through embodiment (in different ways)

Overview: Idles community

  • The Idles Facebook page was sustained and experienced as ‘community’, formed and sustained as a ‘common place, or place in common’ through the social relations that constituted it. 
  •  The community went on to shape the online page as a place self-managed in common through their relationships and interactions over distance and difference.
  • Facebook becomes an online ‘safe space’, through posts, comments and private messaging. 
  • The community emerges as a convivial mode of commoning in the cracks of Facebook’s platform infrastructure.
  • These interactions also develop into more concerted forms of self-organisation and behaviour change for the community’s members,
  • An extension of the social relations included the organisation of offline meets ups, as well as the sending of material tokens of friendship and support through the post.

Commoning in enclosures: Digital space as place

(The community as offered) “a sort of safe space… that you just see people being open and honest about stuff that they're feeling” (Trevor).

It's not a scary place. You know, everybody's allowed to speak and everybody's cared for and we care about each other, and we allow people to speak and there's nothing that's out of bounds. You know, if something's bothering you, you can speak about it. And that in today's Society that's really important. Really important. (Jim)

We must have known 50 people and they feel like you're best friends because you've got so much in common because within the group you know, even though there's 30,000 in the group, you've all got the same or similar beliefs, political the same taste of music. (Zoe)

“From the very start, I did see that it was a community that in which you could be completely vulnerable, and, and never have to worry about being judged or harassed or anything like that…  it's so it's so nice to be part of a community where all the men are trying to support like, all the men are feminist… this group is trying to make it better for all the marginalised communities … and so that has been evidenced from day one of my participation in this group” (Amanda)

Commoning in enclosures: Digital place in offline spaces

  • The online space was maintained as a digital place due to the reflective nature of the community interactions – the place in common was embodied through individual behaviours that maintained a specific collective culture.
  • The online place became mobile and integrated into offline organising.
    •  E.g., sending DIY tokens in the post using a self-organised mail system building romantic relationships
    •  changing offline behaviours (e.g., working for mental health charities)
    •  Organising events (attending concerts, holidays and festivals, often providing others with a place to stay or a ticket), 
    • A process of extension whereby a digital medium focusing of social and emotional wellbeing extends to a materiality of a place 
  • Reappropriation of Facebook allowed a reflexive exploration of the individual self through the process of commons management, as well as the integration into alternative collective subjectivities as community members
  • This is amplified, and reshaped, through various online and offline interactions and relationships.

Commoning in enclosures: A housing estate in Northwest England

  • 250 apartments arranged in six parallel, three-story buildings, with substantial communal areas between, and along a pedestrianized street to the north
  • Set up an estate-wide intranet in 1998, faced multiple efforts to shut it down by local Council
  • Discussions on Facebook include, for example: upcoming events and gardening days; muggings, drug dealing, and police activity; wildlife spotted on the estate; items being offered for free; requests for household repair items; life events and deaths of residents; and an ongoing thread about cats on the estate

Commoning in enclosures: Navigating cats and community on Facebook 

Sending this to the wider community, please look out for [cat’s name] the cat who’s gone missing early this morning. He always stays close to my…garden…I think he may have been spooked by something, run off and got lost. I’ve checked everywhere including binsheds so please keep an eye out.’ [4 reactions, 5 comments]

Update on [cat’s name]. She’s been eating a couple of bowls of food a day and is putting on weight. Seems much happier and is getting around a lot better. Her owner is taking her to the vet for a check up next week.’ [7 reactions] 

Commoning in enclosures: Memorialising events and people 

'we actually got a proper company in to do it. And then, and also managed to have Mr. Wilsons’s Second Liners, who are a band from Todmorden, who cover rave, a huge brass band who cover rave tunes, which is just hilarious and dance-y. And it was a great night, it was a really great night. And I remember we carried, like, torches, lit torches round the estate, which I thought was really nice.' (resident interview)

'Hi all. We will be scattering [deceased resident's] ashes at 2pm on saturday 19th May on Letsbe. We are making a mosaic sign...to put up at the same time...' [5 reactions, 1 comment]

Commoning in enclosures: Extensions from the physical to the digital

  • A physical-digital articulation imparts features of the estate to the Facebook group, which becomes a shared space by virtue of the commons it helps constitute
    • e.g. Communal nature of large, open-access gardens and pedestrianized street, both places where cats frequently wander
    • e.g. Community events and deceased members memorialised via posts – as well as activities on the estate
  • Reappropriation of Facebook allows for care-full attention to wandering animals, gardens, other residents, and encounters, subtly changing residents’ relationship with the place they live

A process of extension whereby the materiality of a place is amplified, and reshaped, through a digital medium

Tentative conclusions: Connecting commoning in enclosures to space and place via embodiment

  • Liminality of the commons as ‘in between’ spaces that we might experience in our everyday – we interact with and shape the commons, to make it a ‘place’.
  • Embodiment through relationships/experiences in and outside a digital space. Acquires a material character, becoming a resource for further commoning - is this the seeds of more emancipatory organising?
  • This occurs in the cracks between public and private forms of ownership and can be hosted/altered/overlooked by such entities. 
  • Where are other the commons, or instances of commoning, emerging within, yet existing in opposition to, capitalist enclosures?
  • Rather than resist enclosure on existing spaces, how are commons emerging anew, through ‘commoning’ within established enclosures?

Traduction en français

Traduit via IA par Marie-Soleil L'Allier

Les communs et le « commoning »

  • Communs : Ressources gérées collectivement par une communauté plutôt que détenues de manière privée ou publique.
  • Accent sur les actifs partagés qui contribuent au bien-être et à la subsistance des communautés.
  • Caractérisé par des principes d'accessibilité, de participation et de coopération.
  • Notion connexe de « commoning » : le processus de création et de maintien des communs.
  • Notre intérêt porte sur le processus dynamique de gestion collective.
  • Nous considérons également le chevauchement avec les discussions autour de la convivialité et la notion de « vivre autrement » ou « vivre bien ensemble » (Guercini et Ranfagni, 2021).

Comment cela peut-il aller au-delà de la gestion des ressources pour englober les processus de changement social et d'émancipation dans les enclosures ?

Les communs (et le commoning) à l'ère de l'enclosure numérique

  • Processus de marchandisation comme « enclosure » : il n'y a rien de naturel dans la marchandisation (Fournier, 2013).
  • Une nouvelle pertinence à une époque de marchandisation numérique croissante qui empiète de plus en plus sur divers aspects de nos vies.
  • Discussions en cours sur les communs numériques en relation avec les possibilités et les défis de l'émancipation numérique, les tissus sociaux de la communauté ou les économies alternatives (Zwick et Bradshaw, 2016 ; Ossewaarde et Reijers, 2017 ; Schüßler et al., 2021 ; Ridley-Duff et Bull, 2021).
  • Les « communs numériques incarnent la communitas et se caractérisent par des structures liminales ou non si liminales en évolution rapide, interagissant constamment avec les superstructures capitalistes dominantes » (Kostakis, 2018 : 815).

Communauté numérique et espace/lieu

  • Débats sur les plateformes rentières qui transcendent le numérique et façonnent l'espace urbain (Kostakis et al., 2018 ; Ossewaarde et Reijers 2017).
  • Des questions subsistent quant au potentiel du « commoning » numérique hybride et à son potentiel émancipateur (Ossewaarde et Reijers, 2018).
  • Cela se rapporte à la définition opérationnelle des communs et du commoning ; les discussions en cours entre leur contribution au capital ou à la marchandisation, ainsi que leur subversion de celle-ci (De Angelis et Harvie, 2014).

Notre cadre théorique sous-développé de l'espace et du lieu

Doreen Massey :

  • L'espace et le lieu sont imprégnés de, et façonnent, les relations et expériences spatiales. Souvent, les espaces et les lieux sont structurés pour renforcer les hiérarchies dominantes.
  • L'espace n'est pas statique ou singulier, et le lieu est imprégné de significations sociales, culturelles et historiques – pas simplement un endroit géographique.
  • Le lieu est façonné par les expériences et les interactions des personnes au sein d'un espace particulier.
  • L'incarnation et la « juxtaposition fortuite de trajectoires auparavant non liées » (Massey, 2005 : 94) sont clés – comment nous interagissons avec les autres (plus-que-humains), façonnant des environnements au-delà des notions préconçues (c.-à-d. identité, appartenance).
  • Pouvons-nous développer cette réflexion sur la façon dont l'espace devient un lieu grâce à un processus d'incarnation à l'ère numérique ?

Question(s) de travail

  • Où une forme plus émancipatrice de « communs » ou même de « commoning » peut-elle exister dans les espaces numériques, les établissant comme un lieu dans l'espace numérique ?
  • Comment de tels processus pourraient-ils également influencer les environnements hors ligne ?

Méthode

  • Deux études de cas, basées sur des ethnographies de deux communautés :
    • L'une entièrement numérique, auto-organisée par les fans du groupe Idles.
    • L'autre un groupe numérique créé par une communauté existante hors ligne dans une résidence du nord-ouest de l'Angleterre.
  • Choisies en raison de leur perspective globale/locale et de leur influence sur « l'espace en tant que lieu » grâce à l'incarnation (de différentes manières).

Aperçu : Communauté Idles

  • La page Facebook des Idles était maintenue et vécue comme une « communauté », formée et soutenue comme un « lieu commun » grâce aux relations sociales qui la constituaient.
  • La communauté a façonné la page en ligne comme un lieu autogéré en commun à travers leurs relations et interactions sur la distance et la différence.
  • Facebook devient un « espace sûr » en ligne, à travers les publications, les commentaires et la messagerie privée.
  • La communauté émerge comme un mode convivial de commoning dans les fissures de l'infrastructure de la plateforme Facebook.
  • Ces interactions se développent également en formes plus concertées d'auto-organisation et de changement de comportement pour les membres de la communauté.
  • Une extension des relations sociales incluait l'organisation de rencontres hors ligne, ainsi que l'envoi de tokens matériels d'amitié et de soutien par la poste.

Commoning dans les enclosures : L'espace numérique en tant que lieu

(La communauté a offert) « une sorte d'espace sûr... où vous voyez des gens être ouverts et honnêtes sur ce qu'ils ressentent » (Trevor).

Ce n'est pas un endroit effrayant. Vous savez, tout le monde est autorisé à parler et tout le monde est pris en charge et nous nous soucions les uns des autres, et nous permettons aux gens de parler et rien n'est hors limite. Vous savez, si quelque chose vous dérange, vous pouvez en parler. Et dans la société d'aujourd'hui, c'est vraiment important. Vraiment important. (Jim)

Nous devons connaître 50 personnes et elles semblent être vos meilleures amies parce que vous avez tellement en commun parce que dans le groupe vous savez, même s'il y a 30 000 dans le groupe, vous avez tous les mêmes ou des croyances similaires, le même goût musical. (Zoe)

« Dès le début, j'ai vu que c'était une communauté où vous pouviez être complètement vulnérable, et ne jamais avoir à vous soucier d'être jugé ou harcelé ou quoi que ce soit de ce genre... c'est tellement agréable de faire partie d'une communauté où tous les hommes essaient de soutenir comme, tous les hommes sont féministes... ce groupe essaie de rendre la vie meilleure pour toutes les communautés marginalisées... et cela a été évident depuis le premier jour de ma participation à ce groupe » (Amanda).

Commoning dans les enclosures : Lieu numérique dans les espaces hors ligne

  • L'espace en ligne a été maintenu comme un lieu numérique en raison de la nature réfléchie des interactions communautaires – le lieu commun a été incarné par des comportements individuels qui maintenaient une culture collective spécifique.
  • Le lieu en ligne est devenu mobile et intégré dans l'organisation hors ligne.
    • Par exemple, envoyer des tokens DIY par la poste en utilisant un système postal auto-organisé, construire des relations amoureuses.
    • Changer les comportements hors ligne (par exemple, travailler pour des associations caritatives de santé mentale).
    • Organiser des événements (assister à des concerts, des vacances et des festivals, souvent en fournissant aux autres un endroit où séjourner ou un billet).
    • Un processus d'extension où un média numérique se concentrant sur le bien-être social et émotionnel s'étend à une matérialité d'un lieu.
  • La réappropriation de Facebook a permis une exploration réfléchie du moi individuel à travers le processus de gestion des communs, ainsi que l'intégration dans des subjectivités collectives alternatives en tant que membres de la communauté.
  • Cela est amplifié et remodelé à travers diverses interactions et relations en ligne et hors ligne.

Commoning dans les enclosures : Une résidence dans le nord-ouest de l'Angleterre

  • 250 appartements répartis en six bâtiments parallèles de trois étages, avec des zones communes substantielles entre eux, et le long d'une rue piétonne au nord.
  • Mise en place d'un intranet pour l'ensemble de la résidence en 1998, confronté à de multiples tentatives de fermeture par le conseil local.
  • Discussions sur Facebook incluant, par exemple : événements à venir et journées de jardinage ; agressions, trafic de drogue et activité policière ; faune observée dans la résidence ; articles offerts gratuitement ; demandes d'articles de réparation domestique ; événements de la vie et décès des résidents ; et un fil de discussion en cours sur les chats de la résidence.

Commoning dans les enclosures : Naviguer les chats et la communauté sur Facebook

« Envoyer ceci à la communauté élargie, veuillez surveiller [nom du chat] qui a disparu tôt ce matin. Il reste toujours près de mon...jardin...Je pense qu'il a été effrayé par quelque chose, s'est enfui et s'est perdu. J'ai tout vérifié, y compris les poubelles, donc veuillez garder un œil ouvert. » [4 réactions, 5 commentaires].

« Mise à jour sur [nom du chat]. Elle mange quelques bols de nourriture par jour et prend du poids. Elle semble beaucoup plus heureuse et se déplace beaucoup mieux. Son propriétaire l'emmène chez le vétérinaire pour un contrôle la semaine prochaine. » [7 réactions].

Commoning dans les enclosures : Mémorialiser les événements et les personnes

« Nous avons fait appel à une entreprise professionnelle pour le faire. Et puis, nous avons également réussi à avoir Mr. Wilson’s Second Liners, qui est un groupe de Todmorden, qui reprend des airs de rave avec une grande fanfare, ce qui est juste hilarant et dansant. Et c'était une super soirée, vraiment une super soirée. Et je me souviens que nous avons porté, comme, des torches allumées autour de la résidence, ce que j'ai trouvé vraiment agréable. » (Entretien avec un résident).

« Bonjour à tous. Nous disperserons les cendres de [résident décédé] à 14h le samedi 19 mai sur Letsbe. Nous faisons un panneau mosaïque...à installer en même temps... » [5 réactions, 1 commentaire].

Commoning dans les enclosures : Extensions du physique au numérique

  • Une articulation physique-numérique impartit des caractéristiques de la résidence au groupe Facebook, qui devient un espace partagé en vertu des communs qu'il contribue à constituer.
    • Par exemple, la nature commune des grands jardins en libre accès et de la rue piétonne, deux lieux où les chats se promènent fréquemment.
    • Par exemple, les événements communautaires et les membres décédés commémorés via des publications – ainsi que les activités dans la résidence.
  • La réappropriation de Facebook permet une attention attentive aux animaux errants, aux jardins, aux autres résidents et aux rencontres, changeant subtilement la relation des résidents avec l'endroit où ils vivent.

Un processus d'extension où la matérialité d'un lieu est amplifiée et remodelée grâce à un média numérique

Conclusions provisoires : Relier le commoning dans les enclosures à l'espace et au lieu via l'incarnation

  • Liminalité des communs en tant qu'espaces « intermédiaires » que nous pouvons expérimenter au quotidien – nous interagissons avec les communs et les façonnons pour en faire un « lieu ».
  • Incarnation à travers les relations/expériences à l'intérieur et à l'extérieur d'un espace numérique. Acquiert un caractère matériel, devenant une ressource pour le commoning futur – est-ce les germes d'une organisation plus émancipatrice ?
  • Cela se produit dans les fissures entre les formes de propriété publique et privée et peut être hébergé/modifié/négligé par de telles entités.
  • Où se trouvent d'autres communs, ou instances de commoning, émergeant au sein des enclosures capitalistes, tout en s'y opposant ?
  • Plutôt que de résister à l'enclosure des espaces existants, comment les communs émergent-ils de nouveau, à travers le « commoning » au sein des enclosures établies ?

note Note(s) liée(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 61 notes
Commoning Beyond Growth
file_copy 61 notes
person
Intégré par Marie-Soleil L'Allier, le 3 juillet 2024 10:12
category
Presentation

Auteur·trice(s) de note

forumContacter l’auteur·trice

Communauté liée

Commoning Beyond Growth

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

3 juillet 2024

Modification

3 juillet 2024 11:09

Historique des modifications

Licence

Attention : une partie ou l’ensemble de ce contenu pourrait ne pas être la propriété de la, du ou des auteur·trices de la note. Au besoin, informez-vous sur les conditions de réutilisation.

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Marie-Soleil L'Allier. (2024). Commoning in enclosures? Reclaiming space as place in the digital age. Praxis (consulté le 22 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/HUrPMo6XCkHiW5BtRhszJhvZJ6A/.

shareCopier