Le monde du travail est en mutation

La pénurie de main-d’œuvre touche la majorité des secteurs d’activités et tout le territoire  de la province sans discrimination. Les défis des employeurs résident tant dans l’attraction que dans la rétention des talents.

Facteurs d’attractivité de la main-d’œuvre

Bien qu’un salaire concurrentiel soit un facteur d’attractivité, la flexibilité des horaires demeure le critère le plus important lorsqu’on parle de condition de travail. Deux autres facteurs contribuant au maintien en emploi sont la formation continue et l’implantation de mesure relative à l’équité, la diversité et l’inclusion. Si de meilleurs avantages sociaux peuvent contribuer à retenir les personnes âgées de plus de 25 ans, une bonne proportion de la génération montante (30 %) y accorde moins d’importance et estime que pour avoir une carrière épanouie, il faut changer fréquemment d’emploi.

Facteurs de rétention de la main-d’œuvre

La pénurie de main-d’œuvre donne le gros bout du bâton aux employé·e·s en matière· de salaire, mais elle a aussi des effets délétères sur les conditions de travail surtout au niveau de la charge de travail, du temps supplémentaire et du roulement de personnel. La robotisation, l’automatisation et l’intelligence artificielle pourraient-elles alléger la tâche des employés dans certains secteurs d’emplois ? Les travailleurs étrangers représentent une bonne part de la main-d’œuvre québécoise, mais ces derniers sont-ils reconnus à leur juste valeur ? On prend leur force de travail, sans leur donner de statut, on les traite comme des unités économiques plutôt que comme de futurs citoyens.

Travailleurs étrangers

Entre 2019 et 2022, le nombre de permis de travail délivré a augmenté de 65 %. Alors qu’en 2019 71 % des permis délivrés visaient le travail agricole, cette proportion est passée à 45 % en 2023. Les postes les plus en demande sont des manœuvres en alimentation ou en aménagement paysager, du personnel de cuisine, des manœuvres en soudure et des travailleur·euses des TIC. Le Québec fait bonne figure en matière de recrutement de talent qualifié, en effet 44 % de ces talents se sont installés au Québec, les organismes Québec et Montréal international participeraient à cette réussite.

Crédit: Wolfgang Eckert (Pixabay)

Autre note sur le même sujet

Travailleurs étrangers

références

Denis, L.,(12 mai 2023), Une majorité des Québécois âgés de 16 à 24 ans compte changer d'emploi d'ici cinq ans, Le Devoir.

Desrosiers, E.,(13 mai 2023), Le monde du travail a changé, prévient la présidente de la CSN, Le Devoir.

Vailles, F.,(16 mai 2023), Boom des emplois approuvés pour les futurs immigrants, La Presse.

note Note(s) liée(s)

bookmark Terme(s) relié(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 2 notes
Pénurie de main-d'oeuvre
file_copy 2 notes
person
Intégré par Équipe Tiess, le 16 mai 2023 15:23
category
Conditions de travail

Auteur·trice(s) de note

forumContacter les auteur·trice(s) forumDiscuter de la note

Publication

16 mai 2023

Modification

15 juin 2023 10:43

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Pénélope Roberge, Équipe Tiess. (2023). Le monde du travail est en mutation. Praxis (consulté le 13 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/HnqpkhSJPxXbxHPqhLbQ4r7Qcp0/.

shareCopier