Digital commons and the threat of new enclosures

This note is part of the Commoning Beyond Growth Workshop, which took place in Nottingham from June 5 to 7, 2024.

Cette note s'inscrit dans le colloque le Commoning au-delà de la croissance, qui a eu lieu à Nottingham du 5 au 7 juin 2024.

💡 Une traduction de la note en français est disponible plus bas.

By Genevieve Shanahan, Cardiff Business School

Food commons

FoodCommons: an international alternative food network that aims to establish a just and sustainable food system through a co-developed and co-governed open-source e-commerce platform. 

The commons built by the FoodCommons community:

  • The FoodCommons FOSS ecommerce platform
  • The FoodCommons community itself (a social network) 
  • The commons of knowledge to support ethical and sustainable food producers in reaching their market and achieving appropriate compensation 

All of this is owned and managed as a commons by the community 

FoodCommons operates as a decentralized network with no core legal organizational entity: the only legal entities are the FoodCommons instances operating in various countries around the world 

FoodCommons tries to prefigure a commons-based social order by interacting with participants, users and other organizations with a presumption of shared commons-based norms. 

This presumption of shared norms rooted in a commons-based social order is performative…

Big State Market

Case concerns how FoodCommons should relate to mainstream organisations while pursuing its mission of prefiguring a commons-based social order

2020: appearance of a competitor ecommerce platform targeting local food producers in one US state – “BigStateMarket” – created as a partnership between the local university, BigUni, and a multinational tech firm, BigSoft

Based on a forked version of the FoodCommons software, and using FoodCommons’ logo, website copy, images, etc.  

Counter to the political mission of FoodCommons:

  • BigSoft state that they aim to facilitate many distinct, small-scale ecommerce platforms
  • Contrary to FoodCommons’ aims to build a democratically-governed, sustainable food commons system  

“BigStateMarket users benefit from the resources developed by the FoodCommons community without contributing to the system and helping to improve it”

Extracting value from the commons and weakening the local FoodCommons community:

  • Directly competing local FoodCommons instance
  • Directly poaching users of local FoodCommons instance
  • Difficult for users to distinguish BigStateMarket from FoodCommons (similarity of logo, website, etc.)

Capitalist engagement with FOSS commons

Source: Linux (2012), ‘Counting Contributions: Who Wrote Linux 3.2?’ https://www.linux.com/training-tutorials/counting-contributions-who-wrote-linux-32/

“The BigStateMarket deployment is a modified version of the FoodCommons codebase and it does not seem to be released as an open-source fork with a propagated AGPL license”

Capitalist corporations often contribute to the development FOSS “mainly to ensure it is being developed in ways which are compatible with the businesses they run around it.” (De Filippi & Vieira Said 2013, p. 12) 

But BigStateMarket violates the rules of the AGPL license because it did not make its fork of the FoodCommons codebase open source with a propagated AGPL license copyleft GNU Affero General Public License 

  • Main constraint: the source code of modified versions of the FoodCommons software must be made freely available
  • Designed to maintain user agency, guard against enclosure of the software.

A conflictual encounter between the commons and capital

I interpret this case as a conflictual encounter between two distinct and incompatible social orders. How can the commons-based social order, as the weaker of the two, survive this encounter when the terms of engagement are dictated by the incumbent market-based social order? 

The growth requirements of capitalism demand enclosure of existing commons 

When building new commons, how do we protect against these enclosure dynamics?

How does FoodCommons defend against enclosure by capital?

“The code is open source but what licenses are themes, brands, verbiage, logos, protected by?”

“it’s really only a matter of time before someone takes advantage, and the more successful we are, the more vulnerable we are to people being copycats.”

How does FoodCommons respond? 

  • Reiteration of the norms and values of the commons – appeal to BigSoft and BigUni
  • But also made recourse to rules drawn from the incumbent market-based social order, specifically those regarding intellectual property. 

It mobilizes allies and resources around bolstering its intellectual property rights

That is, it uses tools and practices that operate from a presumption of market-based norms. 

This, too, is performative, arguably reinforcing the market-based social order FoodCommons aims to displace. 

Before the BigStateMarket encounter

Two types of FoodCommons user, two social orders

Commons-based social order for Affiliates

  • Required to be run democratically – open to local community: “enabling other values-aligned local actors to take part in the project and take care of that Commons locally.”
    • “Where most of the platforms out there are written for firms who treat their suppliers as proprietary to their hub, in FoodCommons, the entire concept is to ‘unchain the food chain’, and form groups and networks. Setting up multiple different instances misses out on this important FoodCommons advantage of trading between hubs.”
  • Financial contributions are based on ability and needs: “As you progress with FoodCommons, you may choose to give back to this community by supporting others and/or making financial contributions to the Commons and/or contributing to Co-Budgeted projects for big, priority feature developments.” 
  • Welcome to participate in the governance of FoodCommons:  “All Members of the Community are able to contribute in the discussions and decisions regarding the FoodCommons Community.”

Market-based social order for Associates 

  • Associates use the FoodCommons software to build their own independent ecommerce platforms
  • Charged for services (e.g. adding desired features to FoodCommons software) 
  • Not allowed to use the FoodCommons brand

Following the BigStateMarket encounter

Only one more notable instance of trademark infringement occurs during my period of engagement – some direct seller Instagram page in France using the FoodCommons logo and name – but the team expect more of this to happen as they grow

Attempts to recruit BigUni-BigSoft to the commons-based social order

  • Inviting BigUni to become “part of the global FoodCommons community”
    • Asks that BigUni “use its resources and influence to continue to support small farmers and communities cooperatively and in a cost-effective way”
    • Asks that BigSoft "focus their development capabilities on enhancements defined and prioritised by the FoodCommons global community.” 
  • Appealing to presumed shared norms rooted in a commons-based social order 
    • “bifurcating the FoodCommons network only diminishes its strength, as well as the benefits that all its users enjoy.” 
    • Offering detailed reasoning for their requests rooted in values that are presented as a presumed common ground. E.g.: “By forking the code and not publishing it, [BigStateMarket] loses the benefits of shared support and maintenance that the FoodCommons community provides as a FOSS project. These factors would indicate that [BigStateMarket] was not aware of FoodCommons’ recommendations but we believe it is still possible to change course and adopt a more collaborative relationship that would greatly benefit both [BigStateMarket] and FoodCommons.”
  • Attempting to marshal the wider commons-based social order to support their efforts in this encounter 
    • sending a request to a large player in the FOSS movement asking if they would consider co-writing an open letter to pressure BigSoft and BigUni to play ball  

Adopting tools of the market-based social order to guard against future BigStateMarket encounters

  • Pursuing trademark registration of the FoodCommons brand  
    • Requires that someone be the “owner” of the FoodCommons trademark: “The absence of a centralized, global legal entity and the different legal organizations in each country makes things a little more complex, but [lawyer] is used to this with Open Source projects. She says it's permissible but not recommended to have an individual own the trademark in a country if there isn't any organized, independent legal entity (like in the US and, I think in other countries […]). If it went that route, there would still need to be a process and agreement as to the community supporting and trusting the person with the ownership of the mark, a clear plan for use of the mark and an intention to keep it in the care of the commons or transition to a legal entity when one is established or if the owner dies, wanders off, or is approached by [BigSoft] holding a Very Big Check.”
  • This is the main reason why the instance of FoodCommons based in the US registers for the first time as a nonprofit corporation 
  • Strategic pre-emptive trademark registration in countries where market-based order is particularly unchecked
    • Recognizing that different institutional contexts will be more or less hospitable to the common-based approach, the FoodCommons team discuss strategically pursuing IP protections in regions where they do not yet operate and yet anticipate a high risk of cooptation efforts: “we might want to concentrate on trademarking in places where there is most vulnerability like India, where we do not have a presence at the moment, but where the entrepreneurial spirit is strong and may create vulnerabilities (for example, from un-allied people using our mark and claiming to be FoodCommons certified consultants or some such). So it becomes a strategic decision when we think about the reason for the trademark – we don't have an instance in India at the moment, so there is no one there who would pay for it, but it would be to our (global) advantage to control use of the mark there.”

These latter efforts threaten to undermine FoodCommons’ prefigurative performance of a commons-based order 

Traduction en français

Présentation de Genevieve Shanahan, traduction via IA par Marie-Soleil L'Allier

FoodCommons

FoodCommons : un réseau alimentaire alternatif international qui vise à établir un système alimentaire juste et durable grâce à une plateforme de commerce électronique open-source, co-développée et co-gouvernée.

Les communs créés par la communauté FoodCommons :

  • La plateforme de commerce électronique FOSS FoodCommons
  • La communauté FoodCommons elle-même (un réseau social)
  • Les communs de connaissances pour soutenir les producteurs alimentaires éthiques et durables dans l'accès au marché et l'obtention d'une rémunération adéquate

Tout cela est possédé et géré comme un commun par la communauté

FoodCommons fonctionne comme un réseau décentralisé sans entité juridique centrale : les seules entités juridiques sont les instances FoodCommons opérant dans divers pays à travers le monde.

FoodCommons essaie de préfigurer un ordre social basé sur les communs en interagissant avec les participants, les utilisateurs et d'autres organisations avec une présomption de normes partagées basées sur les communs.

Cette présomption de normes partagées enracinées dans un ordre social basé sur les communs est performative…

Big State Market

Le cas concerne la manière dont FoodCommons doit se rapporter aux organisations mainstream tout en poursuivant sa mission de préfigurer un ordre social basé sur les communs

En 2020, apparition d'une plateforme de commerce électronique concurrente ciblant les producteurs alimentaires locaux dans un État américain – « BigStateMarket » – créée en partenariat avec l'université locale, BigUni, et une entreprise technologique multinationale, BigSoft.

Basée sur une version dérivée du logiciel FoodCommons, utilisant le logo, le contenu du site web, les images, etc. de FoodCommons.

« Les utilisateurs de BigStateMarket bénéficient des ressources développées par la communauté FoodCommons sans contribuer au système ni l'améliorer. »

Extraction de valeur des communs et affaiblissement de la communauté locale FoodCommons :

  • Concurrence directe avec une instance locale de FoodCommons
  • Recrutement direct des utilisateurs de l'instance locale de FoodCommons
  • Difficulté pour les utilisateurs de distinguer BigStateMarket de FoodCommons (similarité de logo, site web, etc.)

Contradiction avec la mission politique de FoodCommons :

  • BigSoft affirme qu'il vise à faciliter de nombreuses plateformes de commerce électronique distinctes et à petite échelle,
  • Alors que les objectifs de FoodCommons sont de construire un système alimentaire communs soutenable et gouverné démocratiquement.

L'engagement capitaliste avec les communs de logiciels libres et open source FOSS

Source : Linux (2012), "Comptage des contributions : Qui a écrit Linux 3.2 ?" https://www.linux.com/training-tutorials/counting-contributions-who-wrote-linux-32/

« Le déploiement de BigStateMarket est une version modifiée de la base de code de FoodCommons et il ne semble pas qu'elle soit publiée comme un fork en open-source avec une licence AGPL propagée. »

Les corporations capitalistes contribuent souvent au développement de logiciels libres et open-source « principalement pour s'assurer qu'ils sont développés de manière compatible avec les activités commerciales qu'ils exercent autour. » (De Filippi & Vieira Said 2013, p. 12)

Cependant, BigStateMarket viole les règles de la licence AGPL car il n'a pas rendu son fork de la base de code de FoodCommons open-source avec la licence copyleft GNU Affero General Public License propagée.

Contrainte principale :

  • le code source des versions modifiées du logiciel FoodCommons doit être rendu librement disponible.
  • Conçu pour maintenir l'autonomie des utilisateurs, protéger contre l'appropriation privative du logiciel.

Un affrontement conflictuel entre les communs et le capital

Je considère ce cas comme un affrontement conflictuel entre deux ordres sociaux distincts et incompatibles. Comment l'ordre social basé sur les communs, en tant que le plus faible des deux, peut-il survivre à cet affrontement lorsque les conditions d'engagement sont dictées par l'ordre social dominant basé sur le marché ?

  • Les exigences de croissance du capitalisme demandent l'appropriation des communs existants.
  • Lors de la création de nouveaux communs, comment protégeons-nous contre ces dynamiques d'appropriation ?

Comment FoodCommons se défend-elle contre l'appropriation par le capital ?

« Le code est open source, mais quelles licences protègent les thèmes, les marques, les formulations, les logos ? »

« C'est vraiment qu'une question de temps avant que quelqu'un n'en tire profit, et plus nous réussissons, plus nous sommes vulnérables face aux imitateurs. »

Comment FoodCommons réagit-elle ?

Réitération des normes et des valeurs des communs – appel à BigSoft et BigUni.

Mais elle a également recours à des règles issues de l'ordre social dominant basé sur le marché, spécifiquement celles concernant la propriété intellectuelle.

  • Elle mobilise des alliés et des ressources pour renforcer ses droits de propriété intellectuelle.
  • C'est-à-dire qu'elle utilise des outils et des pratiques qui opèrent à partir d'une présomption de normes basées sur le marché.

Ceci est également performatif, renforçant vraisemblablement l'ordre social basé sur le marché que FoodCommons cherche à remplacer.

Avant la rencontre avec BigStateMarket

Deux types d'utilisateurs de FoodCommons, deux ordres sociaux

Ordre social basé sur les communs pour les Affiliés

  • Doit être géré démocratiquement – ouvert à la communauté locale : « permettant à d'autres acteurs locaux alignés sur les valeurs de participer au projet et de prendre soin de ces communs localement. »
    • « Alors que la plupart des plateformes existantes sont conçues pour des entreprises qui traitent leurs fournisseurs comme des propriétés exclusives de leur hub, chez FoodCommons, tout le concept consiste à ‘déchaîner la chaîne alimentaire’, et à former des groupes et des réseaux.
    • Créer plusieurs instances différentes passe à côté de cet important avantage de FoodCommons, qui est de commercer entre hubs. »
  • Les contributions financières sont basées sur les capacités et les besoins : « Au fur et à mesure de votre progression avec FoodCommons, vous pourriez choisir de rendre à cette communauté en soutenant d'autres et/ou en faisant des contributions financières aux communs et/ou en contribuant à des projets Co-Budget pour le développement de fonctionnalités prioritaires importantes. »
  • Invitation à participer à la gouvernance de FoodCommons : « Tous les membres de la communauté sont capables de contribuer aux discussions et décisions concernant la communauté FoodCommons. »

Ordre social basé sur le marché pour les Associés

  • Les associés utilisent le logiciel FoodCommons pour construire leurs propres plateformes de commerce électronique indépendantes
  • Facturation pour des services (par exemple, ajout de fonctionnalités souhaitées au logiciel FoodCommons)
  • Interdiction d'utiliser la marque FoodCommons

Après la rencontre avec BigStateMarket

Un seul autre cas notable de violation de marque se produit durant ma période d'engagement – une page Instagram de vendeur direct en France utilisant le logo et le nom de FoodCommons – mais l'équipe s'attend à ce que cela se reproduise davantage à mesure qu'ils grandissent.

Tentatives pour recruter BigUni-BigSoft dans l'ordre social basé sur les communs

  • En invitant BigUni à faire « partie de la communauté globale FoodCommons »
    • Demander à BigUni « d'utiliser ses ressources et son influence pour continuer à soutenir de manière coopérative et rentable les petits agriculteurs et les communautés »
    • Demander à BigSoft de « concentrer leurs capacités de développement sur les améliorations définies et priorisées par la communauté globale FoodCommons. »
  • En faisant appel à des normes partagées présumées enracinées dans un ordre social basé sur les communs
    • « la bifurcation du réseau FoodCommons ne fait que diminuer sa force, ainsi que les avantages dont bénéficient tous ses utilisateurs. »
    • Tentative de proposer un raisonnement détaillé pour leurs demandes, ancré dans des valeurs présentées comme un terrain d'entente présumé.
      • Par exemple : « En forkant le code et en ne le publiant pas, [BigStateMarket] perd les avantages du soutien et de la maintenance partagés que la communauté FoodCommons offre en tant que projet FOSS. Ces facteurs indiqueraient que [BigStateMarket] n'était pas conscient des recommandations de FoodCommons mais nous croyons qu'il est encore possible de changer de cap et d'adopter une relation plus collaborative qui profiterait grandement à [BigStateMarket] et à FoodCommons. »
  • En tentant de mobiliser l'ordre social basé sur les communs pour soutenir leurs efforts dans cette rencontre
    • En envoyant une demande à un acteur majeur du mouvement FOSS pour savoir s'ils envisageraient de co-écrire une lettre ouverte pour mettre la pression sur BigSoft et BigUni afin qu'ils coopèrent

Adoption des outils de l'ordre social basé sur le marché pour se prémunir contre de futures affrontements avec BigStateMarket

  • En poursuivant l'enregistrement de la marque FoodCommons
    • Nécessite que quelqu'un soit le « propriétaire » de la marque FoodCommons : « L'absence d'une entité légale centralisée et globale et les différentes organisations légales dans chaque pays rendent les choses un peu plus complexes, mais [l'avocate] est habituée à cela avec les projets Open Source. Elle dit que c'est permis mais pas recommandé d'avoir une personne qui possède la marque dans un pays s'il n'y a pas d'entité légale indépendante organisée (comme aux États-Unis et, je pense, dans d'autres pays […]). Si cela devait se produire, il faudrait encore un processus et un accord quant à la communauté soutenant et faisant confiance à la personne avec la propriété de la marque, un plan clair pour l'utilisation de la marque et une intention de la garder au soin des communs ou de la transférer à une entité légale lorsque l'une est établie ou si le propriétaire meurt, s'éloigne ou est approché par [BigSoft] tenant un Très Gros Chèque. »
    • C'est la principale raison pour laquelle l'instance de FoodCommons basée aux États-Unis s'enregistre pour la première fois en tant que société à but non lucratif.
  • En réalisant un enregistrement préventif stratégique de la marque dans les pays où l'ordre basé sur le marché est particulièrement incontrôlé
    • Reconnaissant que différents contextes institutionnels seront plus ou moins accueillants à l'approche basée sur les communs, l'équipe de FoodCommons discute stratégiquement de la poursuite des protections de IP dans les régions où ils n'opèrent pas encore mais anticipent un risque élevé d'efforts de cooptation : « nous pourrions vouloir nous concentrer sur l'enregistrement de la marque dans des endroits où il y a plus de vulnérabilité comme en Inde, où nous n'avons pas de présence pour le moment, mais où l'esprit d'entreprise est fort et peut créer des vulnérabilités (par exemple, des personnes non alliées utilisant notre marque et prétendant être des consultants certifiés FoodCommons ou quelque chose du genre). Cela devient donc une décision stratégique lorsque nous pensons à la raison de la marque – nous n'avons pas d'instance en Inde pour le moment, donc il n'y a personne là-bas qui paierait pour cela, mais ce serait à notre avantage (global) de contrôler l'utilisation de la marque là-bas. »

Ces derniers efforts menacent de saper la performance préfigurative de FoodCommons d'un ordre basé sur les communs.

note Note(s) liée(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 155 notes
Tous les savoirs répertoriés par Cultiver les communs
file_copy 155 notes
person
Intégré par Marie-Soleil L'Allier, le 9 juillet 2024 13:32
category
Numérique (logiciel libre, plateforme), Réfléchir (rapport, analyse, veille, opinion), S'inspirer (cas inspirant, utopie réelle), Droit et cadres juridiques, Se mobiliser, s'organiser
file_copy 61 notes
Commoning Beyond Growth
file_copy 61 notes
person
Intégré par Marie-Soleil L'Allier, le 9 juillet 2024 11:21
category
Presentation

Auteur·trice(s) de note

forumContacter l’auteur·trice

Communauté liée

Commoning Beyond Growth

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

9 juillet 2024

Modification

10 juillet 2024 09:16

Historique des modifications

Licence

Attention : une partie ou l’ensemble de ce contenu pourrait ne pas être la propriété de la, du ou des auteur·trices de la note. Au besoin, informez-vous sur les conditions de réutilisation.

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Marie-Soleil L'Allier. (2024). Digital commons and the threat of new enclosures. Praxis (consulté le 13 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/Y6Dz6xjeGXwNLF9ecIM8hm3cAw8/.

shareCopier