le casse-tête des médias sociaux

NOTE : Je me permets de reproduire in extenso le dernier billet publié sur Gilles en vrac... parce j'y interpelle l'initiative Praxis-En commun.

De Twitter à X, en passant par FaceBook, Messenger, et iMessage, Instagram… puis Mastodon, Bluesky, auxquels se sont ajoutés En communPraxis 1, ces réseaux sociaux numériques nous permettent de s’informer, de rester en contact, de s’organiser et se souvenir. Mais à quel prix ! Et je n’ai pas parlé des newsletters auxquelles on s’abonne par courriel, ni des agrégateurs de fils RSS pour suivre l’évolution de sites web et de blogues pour lesquels (RSS et newsletters) j’ai commencé à utiliser Readwise. Il y a aussi des groupes de discussion comme celui du RQIIAC que j’administre depuis plus de 20 ans.

Il y a quelques mois je pouvais encore me contenter d’annoncer un billet que je venais d’écrire sur la liste du RQIIAC et puis dans mon compte Twitter (ou FaceBook) et j’avais rejoint la plupart de ceux et celles que je souhaitais rejoindre. L’achat de Twitter par Elon Musk a précipité l’exode des usagers tout en stimulant la croissance d’antennes indépendantes de diffusion. Je suis resté sur X, même si, comme le soulignait un commentateur sur Mastodon (à moins que ce ne soit sur Substack) mes quelques 550 abonnés (followers) sur X ne voient sans doute pas souvent mes publications tellement les algorithmes de la plateforme sont imprévisibles…

Je me suis inscrit sur mastodon.social pour voir ce qu’il en était. Puis sur Bluesky, Instagram et Substack pour les mêmes raisons. Cette dernière plateforme s’est imposée récemment comme manière de gérer des abonnements payants pour les blogueurs qui avaient pour objectif de monétiser leur popularité… En fait, c’est probablement Taras Grescoe qui m’y a conduit lorsqu’il a annoncé qu’il quittait Twitter. J’appréciais ses billets sur les questions de transport et d’urbanisme, tellement que je me suis abonné à sa publication Substack payante 2. C’était sans doute autant pour soutenir3 un auteur montréalais prolifique que pour avoir accès à quelques pages réservées par mois. C’est d’ailleurs, pour le moment, le seul blogueur sur cette plateforme dont j’achète le fil. Je suis abonné à une dizaine de sources Substack, mais seulement aux versions gratuites de leur production.

interopérabilité : le pouvoir ET la diversité

De multiples tensions, controverses et objectifs traversent l’existence et la concurrence entre ces réseaux et plateformes. Les objectifs et principes des uns peuvent choquer et motiver le développement des autres. Le style et la manière d’Elon Musk ont sans doute beaucoup aidé à la croissance rapide de certaines alternatives. La migration de certains vers Substack pouvait être motivée par le besoin (ou le désir) de monétiser sa notoriété 4. Des plateformes dont le l’architecture et l’orientation sont (plus ou moins) entre les mains des usagers répondent à d’autres motivations. Du pouvoir aux usagers selon que les applications utilisées sont « libres » ou encore que les contenus créés ou déposés par les utilisateurs leur appartiennent vraiment : c’est-à-dire qu’ils peuvent être facilement déplacés ailleurs. Ce qu’on appelle l’interopérabilité.

À l’évidence, les grandes plateformes qui font la richesse des Meta, Alphabet et cie, sont basées sur des logiciels propriétaires (non-libres) qui ne favorisent pas l’exportation des données accumulées par les usagers (écrits, opinions, listes de contacts…) vers d’autres services. Dans son dernier bouquin, The Internet Con How to Seize the Means of Computation, Cory Doctorow s’en donne à coeur joie contre la gabegie et la malhonnêteté des GAFAM5, tout en promouvant, prêchant l’interopérabilité comme un levier pour reprendre un peu de contrôle sur nos données et sur les réseaux que nous utilisons pour communiquer. Sans interopérabilité il n’y aurait pas eu de téléphone, de radio, de télévision ni d’internet ! Mais depuis plusieurs décennies les grands propriétaires de contenus et de plateformes ont réussi à bloquer l’interopérabilité par des mesures législatives plutôt que par les développements ingénieux de leurs produits et les soins accordés à leur clientèle. Ça coûte moins cher de payer une flopée d’avocats qu’une armée d’ingénieurs afin d’enfermer sa clientèle et rendre plus coûteuse toute velléité de passage vers d’autres réseaux ou plateformes.

J’ai trouvé ce livre (The Internet Con…) à la fois divertissant et utile. Utile pour donner un peu de perspective aux enjeux soulevés actuellement (et continuellement) par les procès contre certains GAFAM pour abus de position dominante. Divertissant comme sait l’être Doctorow par son bagou, son côté terre-à-terre de celui qui a « mangé sa viande à chien » et qui a connu et suivi sur le terrain des services informatiques en grande entreprise les diverses manoeuvres des grandes marques. Mais je ne suis pas sûr que son bouquin permettra de « dismantle Big Tech’s control over our digital lives and devolve control to the people » (nous libérer du contrôle des Big Tech sur nos existences numériques et redonner ce contrôle au peuple – ma traduction).

Imposer ou permettre à nouveau l’interopérabilité des contenus et informations que les utilisateurs accumulent (volontairement ou non) en utilisant les plateformes redonnerait du contrôle aux usagers tout en favorisant l’émergence de compétiteurs, de fournisseurs de services plus agiles et généreux ou simplement mieux adaptés aux besoins et aux projets de leurs clients.

Par ailleurs l’interopérabilité n’est pas pour autant promue ou considérée importante par les réseaux alternatifs. Beaucoup de communautés qui se construisent sur ces réseaux ont d’abord intérêt à se parler entre eux-elles… on peut comprendre. Mais la partie publique de la production de ces communautés virtuelles se veut accessible à tous, diffusée largement. Sur la place publique.

COMMENT EXIGER L’INTEROPÉRABILITÉ DES GAFAM SANS LA PRATIQUER SOI-MÊME ?

Philippe de Grosbois (L’après-Facebook des médias d’info) dans le dernier À bâbord! (#97) souligne à quel point les grands médias semblent surtout intéressés à trouver leur place dans l’écosystème des GAFAM plutôt que de construire, défendre l’information comme un bien public (voir Saulnier, Les barbares numériques).

L’enjeu ne devrait pas être simplement de partager la cagnotte engrangée par quelques monopoles. Peut-on laisser les FB, Y ou TikTok définir tout l’espace public ? Ces « médias d’info pressés d’ »optimiser » leurs contenus pour les algorithmes des géants en ascension » (PdG) devraient aussi investir, partager l’effort collectif de construire, maintenir un espace public favorisant la délibération, la confrontation d’idées, la recherche et la validation des résultats.

Pendant que se négocient les ententes entre médias et les GAFAM, des alternatives devraient être explorées et expérimentées… de Grosbois rappelle qu’une technologie, un standard existe : le RSS, qui pourrait favoriser le partage en dehors des plate-formes monopolistes. Ce standard, connu et stabilisé depuis deux décennies pourrait aussi être utilisé pour imposer aux GAFAM une certaine interopérabilité. Ce que Doctorow appelait percer les silos (les walled garden) des Big Tech.

L’initiative Praxis-en commun serait-elle le lieu d’une telle contribution à un espace public indépendant des GAFAM ? Un espace qui serve non seulement les réseaux alternatifs mais aussi à construire la délibération nécessaire à une contestation solide des privilèges exorbitants qui ont été accordés aux « Big Tech » depuis 40 ans. Un tel espace public fédéré et coopératif pourrait aussi servir de lieu de dépôt de données publiques sur les services, sur la population et sur l’état de nos milieux de vie, données qui sont trop souvent réservées au commerce et peu accessibles pour la recherche et l’analyse critiques.

P.S. Sur un sujet connexe, à savoir la formidable prétention des milliardaires de Silicon Valley à non seulement nier les risques et conséquences négatives du développement technologique mais encore à en appeler l’accélération, je recommande la lecture des critiques du manifeste « techno-optimiste » publié récemment par Mark Andreessen : par Jonathan Durand Folco, sur FB (en français) et aussi celle de Dave Karpf, Why can’t our tech billionaires learn anything new?

note Note(s) liée(s)

bookmark Terme(s) relié(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 30 notes
transition, organisation communautaire, développement des communautés
file_copy 30 notes
person
Intégré par Gilles Beauchamp, le 22 octobre 2023 11:21

Auteur·trice(s) de note

forumContacter l’auteur·trice

Communauté liée

Utilisateur·trices d'En commun

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

22 octobre 2023

Modification

18 décembre 2023 13:35

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Gilles Beauchamp. (2023). le casse-tête des médias sociaux. Praxis (consulté le 22 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/ZE1r4SzD2kFrsKZnyXqVoJ222B4/.

shareCopier