Je suis mère : plaidoyer pour le bien-être de nos tout-petits

Je suis mère et, comme toutes les mères, je considère mes enfants comme le cadeau le plus précieux, et mon rôle de parent, comme le plus important que j’aurai à assumer.  

Je suis mère et, comme toutes les mères, j’ai vite réalisé que je ne pourrai pas protéger mes petits de tous les dangers. C’est impossible et ce n’est pas souhaitable, de toute façon, même si une partie de moi aimerait tellement qu’ils conservent l’innocence propre à l’enfance.  

Je suis mère, mais je suis aussi citoyenne. Bien que certains malheurs soient hors de notre contrôle, comme parent ou comme humain, plusieurs problématiques affligeant notre société pourraient, quant à elles, être déjà en voie de se régler, si nos décideurs y accordaient l’importance qu’elles ont réellement : manque criant de places en garderie, écoles vétustes, pénurie de professionnels qualifiés travaillant avec les enfants, listes d’attente interminables pour avoir accès à un rendez-vous médical ou à des soins adaptés, etc. Les conditions de vie et d’apprentissages de nos enfants sont loin d’être optimales.  

Si notre gouvernement reconnaissait enfin la valeur immense du travail des éducatrices et éducateurs à l’enfance, des professeur(e)s et de tous les travailleuses et travailleurs gravitant autour de nos enfants, peut-être que l’exode du personnel s’apaiserait et que nos tout-petits seraient mieux entourés.  

Si nos élus investissaient adéquatement dans la qualité des milieux de vie et d’apprentissage, peut-être que nos enfants évolueraient dans des écoles qui ne sont pas en train de tomber en ruines.  

Si ces mêmes politiciens mettaient en place des solutions concrètes pour aider financièrement les dizaines de milliers de familles sans place en garderie, privées d’une partie de leur revenu, peut-être que les familles auraient plus de temps de qualité à passer avec leurs tout-petits, au lieu de cumuler les emplois et le stress de ne pas arriver à la fin du mois.  

C’est prouvé, les premières années d’un humain sont cruciales à son développement. Ce n’est pas parce que les enfants ne peuvent pas voter qu’ils ne méritent pas qu’on se penche sérieusement sur leur bien-être. Il en va de leur avenir, et, par extension, de notre avenir à tous. Nos décideurs le savent, alors qu’attendent-ils pour agir? 

bookmark Terme(s) relié(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 105 notes
Jeunesse - Enjeux, leviers et stratégies
file_copy 105 notes
person
Intégré par Marie-Soleil L'Allier, le 25 mai 2023 10:43
category
Services de garde, CPE, pour les familles et parents, pour les touts petits, Réfléchir, analyser, Se mobiliser, s'organiser

Auteur·trice(s) de note

forumContacter l’auteur·trice forumDiscuter de la note

Publication

25 mai 2023

Modification

9 juin 2023 14:08

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Marylin Dion. (2023). Je suis mère : plaidoyer pour le bien-être de nos tout-petits. Praxis (consulté le 24 juin 2024), https://praxis.encommun.io/n/nOUXHBgJwn5IdwQx6xAydQraHGk/.

shareCopier