Au-delà de la distance et des déplacements, la mobilité est aussi synonyme de liberté et d’opportunités. En fait : «[…] la mobilité est de plus en plus comprise en termes de création de liens, d’opportunités et de synergies, plutôt que de pur franchissement de distances à vitesse plus ou moins grande» (Amar, 2010, p.16). Or, il apparait avec l’âge des défis importants en termes de mobilité qui viennent porter atteinte à la liberté et aux opportunités des personnes vieillissantes. Ces défis peuvent cependant être résolus ou amoindris avec une planification et un aménagement urbain adéquat et inclusif.

Les différents défis 

1.     Les couts :

Le revenu des aîné.e.s diminue généralement à la retraite. Selon une étude de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQRD) en partenariat avec l’Observatoire québécois des inégalités (OQI), près de la moitié des personnes âgées de 60 ans et plus n’ont pas accès à un revenu viable.

En situation de précarité, le transport de «loisir» est souvent l’une des premières dépenses qui sera coupée. La mobilité sera donc réduite à l’essentiel (rendez-vous médicaux, épicerie, etc.) augmentant ainsi l’isolement des personnes âgées.

Source : Radio-Canada

La ville de Montréal a récemment rendu son réseau de transport en commun gratuit pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Depuis le 1er juillet 2023,  les autobus de la STM, le transport adapté, le métro ainsi que les trains de banlieue et le REM sont gratuitement accessibles aux détenteur.trice.s du titre Gratuité 65+ dont les zones de déplacement comprennent l’ensemble de l’ile de Montréal, mais aussi l’île Bizard, l’île des Sœurs et l’île Sainte-Hélène. Cette mesure représente, pour les personnes ainées, une économie de 324$ par année.

La question de la mobilité reste toutefois un défi dans les territoires caractérisés par la ruralité (faible densité, distance longue, peu ou pas de transport en commun). 

2.     Les services de proximité :

En vieillissant, l’endurance et l’énergie tendent à diminuer. Les longs déplacements sont de plus en plus difficiles pour les ainé.e.s venant réaffirmer l’importance de la proximité, et ce autant dans les services que dans les lieux de socialisation.

La création et l’incorporation de ces points de services et de ces lieux ludiques sur le territoire se font souvent à travers des gouvernements de proximité. Adopté en 2017, le projet de loi 122 visait à renforcer considérablement le pouvoir des municipalités (plus à même de connaitre les besoins des citoyens.enne.s.) en les reconnaissant comme gouvernements de proximité et ainsi augmenter leur autonomie et leurs pouvoirs.

Les changements visent entre autres une augmentation des pouvoirs en matière d’urbanisme, notamment en zonage, en matière d’encadrement des contributions aux fins de parcs et en matière d’entretien adéquat du parc immobilier. La loi prévoit aussi la possibilité pour une municipalité d’adopter une politique de participation publique en matière d’urbanisme ainsi que des mesures visant à favoriser la construction de logements sociaux, abordables et familiaux et permet aux municipalités de prévoir des règles ou des normes sur les caractéristiques de ces logements. La loi attribue également aux municipalités le pouvoir de permettre le jeu libre dans les rues (CanLII).

3.     L’aménagement 

Source : Vivre en ville

Les personnes vieillissantes utilisent la ville à un rythme différent. L’aménagement des villes doit tenir compte de cette différence. On doit s’assurer de la qualité et de l’entretien des trottoirs (surtout l’hiver), penser l’incorporation de mobilier permettant de faire des pauses et sociabiliser, revoir le temps alloué pour traverser la rue, etc.

«La vitesse considérée comme « normale » pour un piéton est de 1,2 mètre par seconde. Cette vitesse, que l’on retrouve dans les manuels servant à déterminer le nombre de secondes nécessaires pour traverser une intersection avant l’apparition du feu « main rouge », est maintenant contestée de toute part. Des travaux récents estiment que la vitesse des aînés est plutôt en deçà de 0,9 mètre par seconde, loin derrière la norme» (100degré).

Source: 100degré

4.     La transition écologique

Si le verdissement des villes participe à la réduction des ilots de chaleur urbains et à l’amélioration de la qualité de l’air, deux facteurs importants dans l’augmentation de la qualité de vie des personnes âgées, il participe également à augmenter la marchabilité des quartiers. Comme les personnes âgées marchent davantage pour le plaisir et non pas dans un but strictement utilitaire comme pour se rendre au travail, la qualité de l’environnement est importante. Le verdissement sur rue par exemple offre de la fraicheur et un esthétisme intéressant qui peut favoriser la marche.

Conclusion

Les villes et municipalités, à travers la planification et l’aménagement du territoire, ont un impact important sur les populations qui y vivent et y travaillent. Des changements dans l’aménagement des villes pour prendre en compte le rythme et la capacité des personnes âgées sont des changements qui améliore la mobilité et la qualité de vie de la population et ce tous âges confondus. Une ville plus verte, plus active, plus sécuritaire, qui laisse de la place à la lenteur et à la contemplation est une ville pour toustes.

Références :

Amar, George. (2010). Homo mobilis : le nouvel âge de la mobilité : éloge de la reliance. Éditions FYP.

diversity_3Organisation(s) reliée(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 109 notes
Aîné·es - Enjeux, leviers et stratégies
file_copy 109 notes
person
Intégré par Caroline Côté, le 19 septembre 2023 14:36
category
Rôle des municipalités, Urbanisme inclusif, transport et mobilité active

Auteur·trice(s) de note

forumContacter les auteur·trice(s)

Communauté liée

Aîné·es

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

19 septembre 2023

Modification

30 octobre 2023 11:07

Historique des modifications

Licence

Attention : une partie ou l’ensemble de ce contenu pourrait ne pas être la propriété de la, du ou des auteur·trices de la note. Au besoin, informez-vous sur les conditions de réutilisation.

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Caroline Côté, Équipe Tiess. (2023). Une ville pour toustes!. Praxis (consulté le 20 juin 2024), https://praxis.encommun.io/n/qChx_KxFioLyxBW7cAoVT3pQeG4/.

shareCopier