Le capitalisme, c’est mauvais pour la santé

La crise sanitaire, économique et sociale découlant de la pandémie de COVID-19 n’est qu’une «répétition générale» des catastrophes auxquelles sera confrontée l’humanité si elle ne parvient pas à limiter le réchauffement planétaire. Or, le réseau sociosanitaire québécois, affecté par 40 ans de réformes néolibérales, est très mal préparé pour affronter de tels bouleversements. Pour Anne Plourde, le diagnostic est clair: le capitalisme, c’est mauvais pour la santé.

Coupes massives, dégradation des conditions de travail, pénuries de personnel, rémunération indécente des médecins, bureaucratisation à outrance, modes de gestion autoritaires et privatisation croissante des services... Dans une analyse aussi limpide que pénétrante, Anne Plourde met en relief le rôle du capitalisme et de la lutte des classes dans cette détérioration du système public de santé québécois. En prenant appui sur l’histoire des Centres locaux de services communautaires (CLSC), elle livre une critique abrasive du modèle de soins dominant, centré sur «le bon docteur, l’hôpital et le pilulier».

Le capitalisme, de par sa nature même, crée des conditions de vie nocives pour les individus et la planète. Et en médicalisant les problèmes sociaux et politiques, il dépolitise les enjeux liés à la santé. Heureusement, ce n’est pas la seule avenue possible. Lutter pour dépasser ce système basé sur l’exploitation et la domination, bâtir des services de santé démocratiques et robustes, voilà ce qu’on peut faire de mieux pour garder la santé!

Se procurer le livre

Présentation par l'autrice

Dans ce webinaire, Anne Plourde, détentrice d’un doctorat en science politique de l’Université du Québec à Montréal, chercheuse posdoctorale à l’Université York et à l’Institut de recherche de d’informations socioéconomiques (IRIS) viendra discuter avec nous de son dernier livre : Le capitalisme, c’est mauvais pour la santé.

Une histoire critique des CLSC et du système sociosanitaire québécois. Nous regarderons avec elle comment la crise sanitaire, économique et sociale découlant de la pandémie de COVID-19 n’est qu’une « répétition générale » des catastrophes auxquelles sera confrontée l’humanité si elle ne parvient pas à limiter le réchauffement planétaire.

Or, le réseau sociosanitaire québécois, affecté par 40 ans de réformes néolibérales, est très mal préparé pour affronter de tels bouleversements. Coupes massives, dégradation des conditions de travail, pénuries de personnel, rémunération indécente des médecins, bureaucratisation à outrance, modes de gestion autoritaires et privatisation croissantes des services.

Le capitalisme, de par sa nature même, crée des conditions de vie nocives pour les individus et la planète. Lutter pour dépasser ce système basé sur l’exploitation et la domination, bâtir des services de santé démocratiques et robustes, voilà ce qu’on peut faire de mieux pour garder la santé!

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 128 notes
Santé - Enjeux, leviers et stratégies
file_copy 128 notes
person
Intégré par Marie-Soleil L'Allier, le 9 février 2024 15:21
category
Réfléchir (rapport, analyse, veille, opinion), Transformer les institutions, Privatisation de la santé, Accès à la santé, inégalité et exclusion, Fragilité du système de santé, Refondation du système de santé

Communauté liée

Santé

Communauté Passerelles

Profil En commun

forumDiscuter de la note

Publication

9 février 2024

Modification

9 février 2024 15:23

Historique des modifications

Licence

Attention : une partie ou l’ensemble de ce contenu pourrait ne pas être la propriété de la, du ou des auteur·trices de la note. Au besoin, informez-vous sur les conditions de réutilisation.

Visibilité

lock_open public