Is it possible to re-imagine supply chains in ‘green’ industries such as cycling?

This note is part of the Commoning Beyond Growth Workshop, which took place in Nottingham from June 5 to 7, 2024.

Cette note s'inscrit dans le colloque le Commoning au-delà de la croissance, qui a eu lieu à Nottingham du 5 au 7 juin 2024.

💡 Une traduction de la note en français est disponible plus bas.

By Sean Farmelo

The focus of this contribution is possibilities for commoning or alternatives in the sustainable transportsector. I use the example of a GKN to help problematise the issue of mass production skills and thetypically bottom up approaches employed by commoning and cooperative approaches to sustainabletransport.

In Cory Doctrow’s book Walkaway he imagines ‘Low topology ultra like 3d printed bikes’ which aredisposable and made from cellulose. The current reality bicycle production is the opposite – those whichare made from steel and with reliable parts and standards last for decades.

But current mass production is focussed on cheap, e-mobility hire bikes which are dumped as soon ascontracts are over.

The cooperative bike shop tries to be an antidote to this and I will try to explore some of the issues inthese 15 mins

Not so academic more focussed on practical issues – however it relates to my thesis and literature fromthe ideas around degeneration (in cooperative studies) and value in ecological economics.

The "Green cycle industry"

Case

Talk focuses on bicycle industry but these problems can be applied to other sustainableindustries in development. The work is based on interviews or visits to cooperatives orbusinesses in the UK, France, Spain, Italy, Switzerland, USA and India and my own role as aworker owner for past nine years of Birmingham Bike Foundry and with workers.coop

Green Transition and GKN

The GKN factory in Florence was occupied in 2021 after announcements the factory would be shut. The occupation was spurred on by a process of ‘bottom up mobilisation’ in which union members had beenorganising independently of their established union structures since 2008 (Cini, 2023), meaning when the foreclosure happened they were prepared and had their own democratic structure and practices. This allowed them to go beyond the normal purview of the mediatory role unions play in modern workplaces to created a plan to bring the expansive factory floor which was previously producing automotive components for giants like Audi and Range Rover, into a cooperative producing cargo bikes and solar cells.

The innovations here are:

  • Modern day attempt at Lucas Plan style worker control where production in heavy industry is attemptedto be used for good
  • Strong integration with community and attempt at ‘socially integrated factory, and also bringing together

Union and climate movements in unexpected way. Option for movement shareholding

Update: As of this week three workers have begun a hunger strike due to unpaid wages by the companywhich is still technically the employer.

Networks and connections

Over the past few years through my Phd research and also role in workers.coop I have tried to network between European bike cooperatives and projects to understand the sectoral issues we face.

Issues which came up were :

  • contradictions craft and local production vs cost of scale
  • bike cooperative repair vs types of bikes brought onto the market by capital
  • volunteer vs skill and efficiency especially when components becoming more complicated.

Sectors in sustainable transport

DIY cooperatives and Local Bike Shops

  • Bike projects attempt small scale production or recycling of bikes as part of the circulareconomy.
  • They do training and teaching and facilitate DIY repairs but do to low profitablity canbecome reliant on grant funding.
  • Direct to consumer and online sales makes growth challenging

Scaling up, mass production

  • for small shops Peclot 13 Switzerland, Keystone Philadephia difficult to produce / retail ownbikes.
  • Fall back for small batch custom frame builders is production in Taiwan. This leads tocontainerisation and just in time production.

Logistics and last mile

  • Sector dominated by Saas and fintech venture capital. Characterised by casualisation and de-professionalisation. Recent example of B-corp Urbit being sold to a competitor solely for its API.
  • Coop Cycle alternatives small in scale and struggle due to under capitalisation.

Difficulties of GKN

Patents and Innovation

  • Development is led by Universities and Industry. Green technologies like solr are already massively over subcribed and development is led in China.
  • Component trade controlled by giants (Shimano, SRAM, etc.)

Capital

  • Popular sharedholding campaing but lack of risk taking from estrablished cooperative movement.
  • State unwilling or afraid to invest.

Training and skills

  • GKN workers specialised in robots now moving to hand crafting and prototyping.
  • Many additional skills required - accessories, framebuilding, working with consumers to design products)
  • No provision of this re-skilling. Fundamental contradiction of non GND approach

Developping market

  • To make viable needs european markets and inputs. 
  • Needs pre-orders and to be out of constant firefighting struggle to focus on products. 
  • Balancing union struggle with production struggle without support is challenge.

Possibilities for commoning

Production for recycling

One issue identified by Peclot and others is the need for production for recycling – most bikeshops are focused around industry trends and selling new bikes. Cooperatives focussed around repair, but obselences particularly around suspension and weird standards means some bikesneed to be thrown away which could be save by production special components.

Creating common supply chains

Using GKN as a focal point for mass production and the creation of supply chains in Europe. Todo this we need training and networking between these organisations.

Traduction en français

Traduction via IA par Marie-Soleil L'Allier

La contribution se concentre sur les possibilités de communalisation ou les alternatives dans le secteur des transports durables. J'utilise l'exemple de GKN pour problématiser la question des compétences en production de masse et les approches typiquement ascendantes employées par les démarches de communalisation et coopératives pour un transport durable.

Dans le livre de Cory Doctrow, "Walkaway", il imagine des vélos « ultra-légers à topologie basse imprimés en 3D » qui sont jetables et fabriqués à partir de cellulose. La réalité actuelle de la production de vélos est tout le contraire – ceux fabriqués en acier avec des pièces fiables et des normes durables durent des décennies.

Cependant, la production de masse actuelle se concentre sur des vélos électriques bon marché et en libre-service, qui sont abandonnés dès que les contrats sont terminés.

La boutique de vélos coopérative tente d'être un antidote à cela, et je vais essayer d'explorer certains des problèmes dans ces 15 minutes.

Cette intervention est moins académique et plus axée sur des questions pratiques – cependant, elle est liée à ma thèse et à la littérature sur les idées de dégénérescence (dans les études coopératives) et la valeur en économie écologique.

L'industrie du cycle vert

Étude de cas

La discussion se concentre sur l'industrie du vélo, mais ces problèmes peuvent être appliqués à d'autres industries durables en développement. Le travail est basé sur des entretiens ou des visites de coopératives ou d'entreprises au Royaume-Uni, en France, en Espagne, en Italie, en Suisse, aux États-Unis et en Inde, ainsi que sur mon propre rôle en tant que propriétaire-travailleur depuis neuf ans à Birmingham Bike Foundry et avec workers.coop.

Transition verte et GKN

L'usine GKN à Florence a été occupée en 2021 après l'annonce de sa fermeture. L'occupation a été encouragée par un processus de « mobilisation ascendante » dans lequel les membres du syndicat s'organisaient indépendamment de leurs structures syndicales établies depuis 2008 (Cini, 2023), ce qui signifie que lorsqu'il y a eu la fermeture, ils étaient préparés et avaient leur propre structure démocratique et leurs pratiques.

Cela leur a permis d'aller au-delà du rôle de médiation que jouent habituellement les syndicats dans les lieux de travail modernes pour créer un plan visant à transformer l'immense espace de production, qui fabriquait auparavant des composants automobiles pour des géants comme Audi et Range Rover, en une coopérative produisant des vélos cargos et des cellules solaires.

Les innovations ici sont :

  • Une tentative moderne de contrôle ouvrier de style Lucas Plan où la production dans l'industrie lourde est utilisée à bon escient.
  • Une forte intégration avec la communauté et une tentative de « fabrique socialement intégrée », réunissant les mouvements syndicaux et climatiques de manière inattendue.
  • Option pour un actionnariat de mouvement.

Mise à jour :

  • Depuis cette semaine, trois travailleurs ont entamé une grève de la faim en raison de salaires impayés par l'entreprise, qui est toujours techniquement l'employeur.

Réseaux et connexions

Au cours des dernières années, grâce à mes recherches doctorales et à mon rôle chez workers.coop, j'ai tenté de créer un réseau entre les coopératives de vélos européennes et les projets pour comprendre les problèmes sectoriels auxquels nous sommes confrontés.

Les problèmes qui sont apparus étaient les suivants :

  • Contradictions entre la production artisanale et locale et le coût de l'échelle.
  • Coopératives de réparation de vélos vs types de vélos mis sur le marché par le capital.
  • Bénévolat vs compétences et efficacité, surtout lorsque les composants deviennent plus compliqués.

Secteurs dans le transport durable

Coopératives de DIY et boutiques de vélos locales

Les projets de vélos tentent une production à petite échelle ou le recyclage des vélos dans le cadre de l'économie circulaire. Ils font de la formation et de l'enseignement et facilitent les réparations en libre-service, mais en raison de la faible rentabilité, ils peuvent devenir dépendants des subventions. Les ventes directes aux consommateurs et en ligne rendent la croissance difficile.

Montée en puissance, production de masse

Pour les petites boutiques comme Peclot 13 en Suisse et Keystone à Philadelphie, il est difficile de produire/vendre leurs propres vélos. Le repli pour les fabricants de cadres personnalisés en petites séries est la production à Taïwan, ce qui conduit à la containerisation et à la production juste-à-temps.

Logistique et dernier kilomètre

Secteur dominé par le capital-risque Saas et fintech. Caractérisé par la précarisation et la déprofessionnalisation. Exemple récent de la B-corp Urbit vendue à un concurrent uniquement pour son API. Les alternatives Coop Cycle sont de petite taille et luttent en raison d'un manque de capitalisation.

Difficultés de GKN

Brevets et innovation

  • Le développement est dirigé par les universités et l'industrie. Les technologies vertes comme le solaire sont déjà massivement sursouscrites et le développement est dirigé en Chine.
  • Le commerce des composants est contrôlé par des géants (Shimano, SRAM, etc.).

Capital

  • Campagne populaire d'actionnariat partagé, mais manque de prise de risque de la part du mouvement coopératif établi.
  • L'État est réticent ou a peur d'investir.

Formation et compétences

  • Les travailleurs de GKN spécialisés dans les robots passent maintenant à l'artisanat et au prototypage.
  • De nombreuses compétences supplémentaires sont nécessaires - accessoires, fabrication de cadres, travail avec les consommateurs pour concevoir des produits.
  • Aucune provision pour cette reconversion. Contradiction fondamentale de l'approche non GND.

Développement du marché

  • Pour être viable, il faut des marchés et des intrants européens.
  • Besoins en précommandes et être en dehors de la lutte constante pour se concentrer sur les produits.
  • Équilibrer la lutte syndicale avec la lutte pour la production sans soutien est un défi.

Possibilités de communalisation

Production pour le recyclage

Un problème identifié par Peclot et d'autres est la nécessité de produire pour le recyclage – la plupart des magasins de vélos se concentrent sur les tendances de l'industrie et la vente de nouveaux vélos. Les coopératives se concentrent sur la réparation, mais l'obsolescence, notamment autour des suspensions et des normes bizarres, signifie que certains vélos doivent être jetés alors qu'ils pourraient être sauvés en produisant des composants spéciaux.

Création de chaînes d'approvisionnement communes

Utiliser GKN comme point focal pour la production de masse et la création de chaînes d'approvisionnement en Europe. Pour ce faire, nous avons besoin de formation et de mise en réseau entre ces organisations.

note Note(s) liée(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 155 notes
Tous les savoirs répertoriés par Cultiver les communs
file_copy 155 notes
person
Intégré par Marie-Soleil L'Allier, le 4 juillet 2024 17:06
category
S'inspirer (cas inspirant, utopie réelle), Pratiques de communalisation (commoning), Urbains (espace public, besoin de subsistance)
file_copy 61 notes
Commoning Beyond Growth
file_copy 61 notes
person
Intégré par Marie-Soleil L'Allier, le 4 juillet 2024 16:36
category
Presentation

Auteur·trice(s) de note

forumContacter l’auteur·trice

Communauté liée

Commoning Beyond Growth

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

4 juillet 2024

Modification

4 juillet 2024 17:04

Historique des modifications

Licence

CC BY-NC-SA, sans utilisation commerciale autorisée - plus d'informations

Attention : une partie ou l’ensemble de ce contenu pourrait ne pas être la propriété de la, du ou des auteur·trices de la note. Au besoin, informez-vous sur les conditions de réutilisation.

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Marie-Soleil L'Allier. (2024). Is it possible to re-imagine supply chains in ‘green’ industries such as cycling?. Praxis (consulté le 21 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/vGUvbUDAjmZsB0fPLgS6D-WcH-8/.

shareCopier