Lutter contre le désert alimentaire en Haute-Gaspésie

La Gaspésie est particulièrement touchée par le phénomène de désert alimentaire. Des initiatives locales voient le jour pour contrer ces quelque 70 déserts alimentaires recensés et permettre un meilleur accès à des aliments sains, de qualités et abordables sans avoir à parcourir des dizaines de kilomètres.  

Les habitant.e.s de Cap-Chat ont accès à un dépanneur, mais pour une offre alimentaire plus diversifiée ils doivent aller à Sainte-Anne-des-Monts (15km) ou encore Matane (86km)  ou Rimouski (182km) pour acheter en grande quantité et faire des économies. Mais la route est longue et les conditions peuvent être difficiles, sans parler du prix de l’essence.

Le manque d’autonomie alimentaire s’est fait particulièrement sentir durant la pandémie : «Le Metro peinait à nourrir la population du territoire. Il pouvait y avoir une file d’attente d’une heure avant d'entrer faire ses achats, se souvient Catherine Plamondon, une résidente de Cap-au-Renard, un hameau de 400 habitants situé à 20 km de l’épicerie».

Plusieurs initiatives aident à diminuer l’impact de ces déserts alimentaires sur la population.

La Récup alimentaire : Récupère des invendus pour ensuite les trier, congeler, cuisiner ou distribuer dans tous les organismes du territoire. Des muffins iront aux deux écoles de Cap-Chat en partenariat avec le Club des petits déjeuners, d’autres, certains aliments iront aux cuisines collectives de Carrefour ressource et d’autres, sous forme de petits plats, iront aux personnes âgées qui vivent seules et dont le revenu est faible.

Marché public de Cap-Chat : Crée en 2018 par les Potagers les Rangs fous en collaboration avec d’autres maraîchers. Ils permettent maintenant à la population de pouvoir s’alimenter en produits sains et de qualités, et ce à tous les samedis durant la période estivale.

Nourrir notre monde : Depuis 2017, le collectif réfléchit à des idées pour développer l’autonomie alimentaire de toute la Gaspésie. Il a formé des comités citoyens dans chaque village, grâce à une subvention du ministère de l’Environnement du Québec (619 000 $ sur trois ans). Le comité de Cap-au-Renard a opté pour un caveau de légumes où chaque résident va avoir sa section leur permettant ainsi d’acheter en plus grande quantité aux maraîchers locaux.

Lib-dépanneur : Un petit commerce de la taille d’un conteneur conçu par CAMM Construction fera son apparition en juin prochain à Saint-Léandre un village de 400 habitant.e.s à 25km de Matane. Le petit commerce vise à répondre à une offre alimentaire (produits frais et congelés) en contexte de manque de personnel. Le commerce n’aura pas d’employé et les gens pourront entrer, sortir et payer grâce à une application.

Lien vers l'article

diversity_3Organisation(s) reliée(s)

bookmark Terme(s) relié(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 365 notes
Systèmes alimentaires - Enjeux, leviers et stratégies
file_copy 365 notes
person
Intégré par Équipe Tiess, le 25 avril 2023 11:14
category
Fermes, épiceries et marchés alternatifs, Autonomie et Souveraineté alimentaire, Approvisionnement alimentaire alternatif, Santé, Saine alimentation et Sécurité alimentaire

Auteur·trice(s) de note

forumContacter les auteur·trice(s)

Communauté liée

Systèmes alimentaires

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

25 avril 2023

Modification

29 juin 2023 15:26

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Caroline Côté, Équipe Tiess. (2023). Lutter contre le désert alimentaire en Haute-Gaspésie. Praxis (consulté le 20 juin 2024), https://praxis.encommun.io/n/4UJVxbwkQCDSl71DgmZ8Yv70uag/.

shareCopier