Récolte lors de l'activité «Praxis en pratiques: usages et perspectives pour cette nouvelle plateforme de mise en commun des savoirs»

Crédit: Melanie Lambrick

Cette note collige les savoirs qui ont été récoltés lors de l'activité Praxis en pratiques: usages et perspectives pour cette nouvelle plateforme de mise en commun des savoirs, qui s'est déroulée lors de la Journée des savoirs ouverts 2023.

Mise en contexte

Cette table ronde avec Benjamin J. Allard, Camilla Chiari, Véronique Rioux, Gabriel Salathé-Beaulieu Samuel Thulin et Karine Vézina et animée par Joël Nadeau présentait la plateforme Praxis, la vision et les intentions derrière le projet, puis donnait la voix à quatre groupes qui ont eu l'occasion d'utiliser la plateforme ou d'y imaginer des projets.

Rappelons d'entrée de jeu que Praxis est une base de connaissances, c'est-à-dire un moyen de rendre des connaissances pratiques accessibles à d'autres groupes afin de nourrir leur travail, mais aussi de conserver la mémoire. Praxis se compose de notes collaboratives qui peuvent être publiques ou privées, organisées sous forme de carnet, et liées ou non à une communauté sur Passerelles. Afin de favoriser la collaboration, l’échange et le partage, les notes publiques publiées sur Praxis sont sous licence Creative Commons. Praxis est un logciel libre porté par la communauté. 

Les ajustements et les développements se poursuivent sur Praxis qui en est à sa première année d'utilisation. Les intervenant·es sont invité·es à présenter ce qui les a motivé à choisir Praxis, à nommer les freins à son utilisation, à faire part de leurs besoins, et à se projeter dans le futur - à quoi ressemblera Praxis dans 10 ans? 

Les connaissances récoltées nourriront les réflexions et le travail de développement afin de répondre adéquatement aux besoins des collectivités.

Joël Nadeau:

  • Vision long terme de Praxis comme ressource informationnelle (inter)nationale et intersectorielle.
  • Exemple d'usages de Praxis pour soutenir les pratiques, et aussi comme mémoire collective (connaissances pratiques, veille, ressources, cartographie d'initiatives, guides interactifs, etc.).
  • Potentiels de Praxis pour décloisonner les savoirs, libérer les savoirs, et «briser le paradigme du document».
  • Praxis n'est pas un «produit» de Projet collectif, mais un commun numérique en phase d'émergence. 
  • L'équipe de Projet collectif offre un soutien technique, à l'édition et à l'animation. 

Idées clefs 

Gabriel Salathé-Beaulieu (TIESS)

  • Montréal en commun (MeC), c'est un laboratoire d'innovation et d'expérimentation qui s'inscrit dans le contexte des villes intelligentes. 
  • L'expérimentation dans MeC vise d'abord à générer des apprentissages, notamment sur les leçons tirées des succès et des échecs rencontrés.
  • Ces apprentissages ne servent presque à rien s'ils ne sont pas diffusés vers les publics cibles en mesure de s'en servir.
  • Ces apprentissages ont un intérêt à être captés systématiquement et diffusés via une plateforme qui dépasse la durée du programme MeC (2025).
  • MeC était à la recherche d'une stratégie commune à toutes les organisations partenaires pour capter ces connaissances, les structurer et les diffuser. Il fallait éviter de se retrouver avec des rapports en format PDF publiés sur le site de chaque organisme, solution peu propice à la collaboration.
  • Avec sa structure sous forme de notes et de carnets, le recours à Praxis dans le cadre de MeC s'est imposé naturellement.

Benjamin Allard et Samuel Thulin (AAMI)

  • Comment favoriser la collaboration et la co-création de connaissances par le biais d'ateliers en ligne ?
  • Comment accéder à la connaissance tacite et la documenter ?
  • Comment trouver le bon équilibre entre la conversation et la documentation des connaissances dans un atelier ?

Le recours à Praxis vient d'un constat et d'un besoin:

  • beaucoup de projets en cours, financés notamment par le fonds Stratégie numérique du Conseil des arts du Canada, mais réalisés plus ou moins en vase clos ;
  • besoin d'une base de connaissances collaboratives et partagées pour mener le projet de recherche InterConnect.

Praxis a permis de réaliser des projets éditoriaux, à savoir capter les productions des communautés de pratique, créer un carnet qui regroupe les notes sur les apprentissages au niveau canadien.  

Karine Vézina et Véronique Rioux (CUFE)

Le Centre universitaire de formation en environnement et développement (CUFE) offre à la communauté des Cliniques en environnement, avec la collaboration d'étudiant·es. Les projets réalisés, le CUFE en compte 80 à son actif, génèrent de nombreuses connaissances et mènent à la production de rapports.

  • Or, que faire avec tous ces rapports?
  • Les besoins rencontrés et les projets réalisés à chaque session étant similaires, comment ne pas partir de zéro à chaque fois?
  • Comment aller plus loin dans le développement des connaissances?
  • Afin de rendre les connaissances accessibles, nous avons décidé de «sortir du paradigme du rapport», ce qui constituait un changement important pour notre réseau.

Le CUFE a donc réalisé Impact et transformation par l’intégration d’une stratégie d’accès aux savoirs générés par les projets, un projet pilote en 2023-2024 avec Projet collectif. Dorénavant, une réflexion est intégrée dès le départ de chaque projet afin de déterminer, par exemple, quelles informations relèvent de la sphère privée et publique et donc, qu’est-ce qui peut être partagé. Ces éléments font d'ailleurs maintenant partie de l’offre de services des étudiant·es.

Constats et défis rencontrés

Adopter Praxis, c'est adopter une nouvelle plateforme, se familiariser avec un nouvel outil, brises le paradigme du document fermé. Comment ce changement s'est-il opéré?

MeC

  • Il faut travailler à convaincre chaque partenaire d'utiliser Praxis, les former au besoin, bien qu'il n'y ait pas d'enjeu de littératie avec cette plateforme. 
  • Il faut gérer le changement : il ne s'agit plus de déposer de l'information sur son propre site mais de publier sur une plateforme collaborative, et s'il y a lieu, de mettre un hyperlien menant à son site.
  • L'enjeu du manque de temps est un défi. ll faut motiver les partenaires à dégager du temps pour écrire leurs notes.
  • Les carnets sont privés en ce moment. Notre prochain défi sera d'amener les acteurs concernés à visiter ces carnets.

AAMI

  • Praxis, c'est génial car ça donne un cadre pour structurer les connaissances, mais ce n'est pas magique! Il faut tout de même se questionner sur la manière de capter les connaissances. 
  • Afin de soutenir les partenaires impliqués, l'AAMi a créé un guide de participation et animé des ateliers de formation. 

CUFE

  • Le changement de pradigme mené au CUFE a suscité de la réticence au départ, certaines organisations craignant que le partage de savoirs soit synonyme de perte et que cela nuise à leur compétitivité. L'expérience montre plutôt que le partage se traduit par un gain collectif. Il s'agit d'une valeur ajoutée pour les étudiant·es.

Période de questions

Comment l’accès libre peut transformer nos pratiques? Quelle vision pour Praxis dans 10 ans? Comment valoriser les différents types de savoirs? Quels sont les différents freins?

Comment assurez-vous le contrôle de la véracité des contenus (fake news) et de la qualité de la langue? Comment contrer le plagiat?

  • Le CUFE a été accompagné par une éditrice de savoirs de Projet collectif (forme des notes, qualités de la langue)
  • Praxis ne permet pas une écriture collective contrairement à Wikipedia. Une note ne peut donc pas être modifiée par une personne autre que son auteur·trice (à l'exception de l'équipe chargée de la modération).
  • Pour éviter les fausses nouvelles, un certain travail de modération des contenus publiés sur Praxis est fait par Projet collectif. En raison du nombre croissant de publications sur cette plateforme collaborative, la responsabilité collective doit être partagée par les contributeur·trices. Il est possible de «signaler» un contenu  erroné ou qui ne respecte pas les conditions d'utilisation ou la charte d'engagement. 

Y a -t-il d'autres freins ?

  • Partager ses connaissances demande un effort. Publier une note afin de documenter un échec demande du courage et de prendre des risques. Ce partage est bénéfique car il nourrit la réflexion et la mémoire collective, mais on pourrait craindre par exemple que la note soit lue par un bailleur de fond qui ne verrait pas la chose du même oeil!

Que signifie briser le paradigme du document?

  • Il s'agit de rendre un document vivant, d'avoir la possibilité de le faire évoluer au fil des connaissances, d'y apporter des modifications et de gérer ces modifications.
  • Il s'agit aussi de le découper en unités de connaissances interreliées, permettant de créer de multiples liens avec d'autres connaissances partagées par la communauté. 

Pourquoi avoir eu recours à Praxis plutôt que d’autres plateformes existantes? Ce faisant, vous n'êtes pas propriétaires de votre plateforme? Quel est le plan de découvrabilité de vos contenus publiés sur Praxis?

  • L'AAMI n'avait pas la capacité de développer une plateforme: heureux que Projet collectif se soit chargé de cette tâche colossale! Le Wiki des ADN aurait peut-être pû répondre à nos besoins, mais ce site ne permet les collaborations externes. Une plateforme comme Wikipedia (savoir encyclopédique) n'était pas appropriée pour capter des savoirs pratiques. Et nous ne connaissions pas d’autres plateformes répondant adéquatement à nos besoins. L'AAMI n'a pas de plan de découvrabilité mais espère que d’autres organismes se joindront à Praxis, contribuant ainsi à sa découvrablité.
  • La Ville de Montréal voit plusieurs avantages à ne pas être propriétaire d'une plateforme (moins de bureaucratie et de contrôle). Praxis, contrairement à un Wiki, permet des interactions avec d’autres milieux et d'autres secteurs (mobilité, alimentation). Praxis vient avec une promesse de pérennité. Pour ce qui est de la découvrabilité, plus de public et d'utilisateurs·trices de Praxis amènera plus de visibilité sur les outils de recherche.
  • Pour le CUFE, choisir Praxis c'est d'abord adhérer à des valeurs et à la mission portées par cette plateforme développée par Projet collectif. Le CUFE y redirige ses partenaires, ce qui contribue à accroître sa découvrabilité.
  • Il s'agit de mutualiser nos ressources et nos efforts de documentation, plutôt que se disperser à travers plusieurs plateformes. Ça permet aussi de plus facilement assurer la pérennisation de l'outil, la mobilisation et la visibilité, incluant le référencement. Chacun reste propriétaire de ses contenus tandis que la plateforme est une propriété partagée, un commun porté et géré collectivement.
  • Dans certains cas, il est néanmoins plus approprié et stratégique de développer une plateforme sur mesure adaptée à des besoins spécifiques. Ça dépend des objectifs de diffusion et de la volonté de permettre le croisement des connaissances. 

Avec la multiplication des contenus qui seront publiés sur Praxis, pourra-t-on encore s’y retrouver dans 5 à 10 ans?  Quels savoirs seront encore valables, à jour?

  • Pour éviter de se retrouver dans une Tour de Babel, il faudrait créer des maps of content et réfléchir aux publics cibles. «Ça prend du jus de bras et de l’espoir!»
  • Une solution anti Tour de Babel: avoir le timeline de la publication des notes.

Quelles sont les perspectives de pérennité et de financement pour Praxis?

  • L'adoption de la plateforme par une masse critique de personnes et d'organisations contribuera aux efforts de pérennité. Déjà Praxis est une riche bibliothèque commune; plusieurs souhaitent contribuer à sa vitalité et à son maintien. 
  • L'accès à la plateforme est gratuit et restera gratuit. Certains modèles sont en cours d'exploration à plus long terme, incluant le déploiement d'instances en marque blanche et des contributions financières publiques et philantropiques. 
  • Par ailleurs, Projet collectif a entamé une réflexion sur le modèle de soutenabilité basé sur les communs numériques. Les réflexions sont en cours et le travail se poursuit. 

Autres commentaires du public

  • Pertinence du partage des recherches, incluant des étudiants mais aussi des divers types de savoirs. Il faut favoriser l'accessibilité des savoirs. 
  • Cas des Ateliers des savoirs partagés : C'est un réseau de 15 communautés rurales, qui vise un partage de savoirs. Plusieurs éléments sont partagés sur Praxis en privé. Il y a eu des réticences et des questionnements concernant la possibilité de les rendre publics. On est à la recherche d’un équilibre: partager un contenu public qui sera lu, avec la richesse de la spontanéité vs accepter de partager des notes qui ne soient pas parfaites.

Présentations

pdf CUFE - Présentation du projet Karine Vézina pdf Présentation Interconnect AAMI

note Note(s) liée(s)

Camilla Chiari, conseillère en innovation, LIUM, Ville de Montréal 21 novembre 2023
Camilla Chiari, conseillère en innovation, LIUM, Ville de Montréal
21 novembre 2023
Joël Nadeau, codirecteur général, Projet collectif 21 novembre 2023
Joël Nadeau, codirecteur général, Projet collectif
21 novembre 2023
Karine Vézina, coordonnatrice de la Clinique en environnement et des programmes de 2e cycle, CUFE, Université de Sherbrooke 21 novembre 2023
Karine Vézina, coordonnatrice de la Clinique en environnement et...
21 novembre 2023
Samuel Thulin, connecteur de connaissances, AAMI 21 novembre 2023
Samuel Thulin, connecteur de connaissances, AAMI
21 novembre 2023
Gabriel Salathé-Beaulieu, conseiller en transfert, TIESS 21 novembre 2023
Gabriel Salathé-Beaulieu, conseiller en transfert, TIESS
21 novembre 2023
Véronique Rioux, chargée de projet, CUFE, Université de Sherbrooke 21 novembre 2023
Véronique Rioux, chargée de projet, CUFE, Université de Sherbrooke
21 novembre 2023
Benjamin J. Allard, chargé de projet, AAMI 21 novembre 2023
Benjamin J. Allard, chargé de projet, AAMI
21 novembre 2023
Praxis en pratiques: usages et perspectives pour cette nouvelle plateforme de mise en commun des savoirs 27 octobre 2023
Praxis en pratiques: usages et perspectives pour cette nouvelle...
27 octobre 2023
Introduction | Modèle de soutenabilité des communs (MSC) 24 avril 2023
Introduction | Modèle de soutenabilité des communs (MSC)
24 avril 2023
Praxis (plateforme numérique) 26 mars 2023
Praxis (plateforme numérique)
26 mars 2023
Pourquoi le choix de licence Creative Commons sur les notes publiques sur Praxis? 12 janvier 2023
Pourquoi le choix de licence Creative Commons sur les notes...
12 janvier 2023
JDSO 2023 - Une journée d’apprentissages, de découvertes  et de partages 18 décembre 2023
JDSO 2023 - Une journée d’apprentissages, de découvertes et de...
18 décembre 2023
Captation des savoirs de la Journée des savoirs ouverts 2023 9 novembre 2023
Captation des savoirs de la Journée des savoirs ouverts 2023
9 novembre 2023

diversity_3Organisation(s) reliée(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 17 notes
Captation des savoirs lors de la Journée des savoirs ouverts 2023
file_copy 17 notes
person
Intégré par Rémi Proteau, le 9 novembre 2023 12:00

Auteur·trice(s) de note

forumContacter les auteur·trice(s)

Communauté liée

Équipe de Projet collectif

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

9 novembre 2023

Modification

26 janvier 2024 08:56

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Marie-Emma Castanheira, Vincent Chapdelaine, Janie Dolan Cake, Frédérique Dubé, Maryse Gervais, Jacinthe Jacques, Marie-Soleil L'Allier, Véronique Larose, Marie-Hélène Laurence, Samantha Lopez Uri, Joël Nadeau, Rémi Proteau, Alice Rivard, Anne-Sophie Thomas. (2023). Récolte lors de l'activité «Praxis en pratiques: usages et perspectives pour cette nouvelle plateforme de mise en commun des savoirs». Praxis (consulté le 20 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/KxNNpvVNTRtDJ2F9YCW9sWegWqM/.

shareCopier