L'avenir des bibliothèques publique

Voici la transcription d'une conférence sur l'avenir des bibliothèques que j'ai prononcée en mai 2017 à l'occasion du congrès annuel de l'EBLIDA. La conférence se déroulait à la bibliothèque Dokk1, nouvellement inaugurée à Aarhus, au Danemark. La conférence a été rédigée et prononcée en anglais. Voici une traduction maison (partiellement automatisée).

Bonjour. 

Vous avez probablement remarqué que le monde est en train de changer. Notre environnement change. Et depuis les 20 dernières années, notre profession — enracinée dans des siècles de tradition — a du mal à suivre. Ce n'est pas la première conférence sur l'avenir des bibliothèques à laquelle j'assiste. Et vous?

Le monde numérique a tout changé: la façon dont les gens accèdent et consomment l'information, dont ils communiquent et dont ils apprennent.

Certains disent que nous sommes récemment entrés dans une ère de post-vérité, où les faits sont démolis lorsqu'ils ne conviennent pas à l'agenda de ceux qui détiennent le pouvoir. Le «quatrième pouvoir», le journalisme et la science, sont attaqués dans une guerre culturelle qui fragilise notre démocratie, retire le pouvoir au peuple et polarise la population.

Dans cette ère complexe, tendue et polarisée, il est difficile de discuter de l'avenir des bibliothèques sans aborder l'avenir de la société elle-même. Nous nous demandons souvent, dans le monde des bibliothèques, «Comment les bibliothèques peuvent-elles s'adapter à un monde en transformation constante?»

C'est une question difficile, tactique et nécessaire, mais elle est défensive.

Et si nous adoptions plutôt une posture plus proactive et que nous demandions: «Comment les bibliothèques peuvent-elles participer activement à façonner une société meilleure?»

Je crois que, en tant que bibliothécaires et gestionnaires d’institutions, nous avons un rôle actif à jouer dans la création d'une société plus ouverte, inclusive, diversifiée et cultivée.

Cela étant dit, je ne propose pas une bibliothèque activiste.

Notre pouvoir réside dans notre légitimité, et notre légitimité réside dans notre neutralité et notre universalisme. Après les médias, les écoles et les universités, qui sont tous pris pour cible dans la soi-disant «guerre culturelle», la bibliothèque est probablement la dernière institution neutre, populaire et non politisée.

Centre présidentiel Obama

Est-ce que quelqu'un reconnaît ce concept architectural? C'est la bibliothèque présidentielle d'Obama révélée cette semaine — sauf qu'elle n'est pas présentée comme une bibliothèque, mais un centre pour l'engagement civique, à Chicago.

Je ne défends pas une bibliothèque activiste, mais je défends une bibliothèque proactive.

Une bibliothèque qui ne s'adapte pas seulement au monde, mais qui le façonne. Une bibliothèque qui crée des innovations qui ont un impact sur la société dans son ensemble.

Une bibliothèque qui participe, soutient et prend la tête des mouvements non partisans tels que l'accès libre, le logiciel libre, le DIY, la liberté d'expression et d'autres mouvements qui partagent nos valeurs et nos objectifs communs.

Une bibliothèque qui se donne les moyens d'explorer de nouveaux domaines, de prendre des risques, de se salir les mains.

Une bibliothèque qui utilise ses ressources pour soutenir des projets et des idées cohérents avec sa mission.

En tant qu'institutions, les bibliothèques occupent une position unique.

Nous avons une mission sociale claire et reconnue de travailler avec la communauté pour l'universalité de la connaissance et de la culture.

Nous avons un financement récurrent annuel, des équipes de personnes compétentes et brillantes, des espaces physiques fonctionnels enracinés dans les communautés locales, et une légitimité réelle en tant qu'acteurs neutres de la société.

Et ces atouts sont pratiquement mondiaux. Les bibliothèques sont partout. Nous sommes également un réseau mondial de professionnels partageant les mêmes idées. La mafia silencieuse des bibliothécaires, comme j'aime l'appeler.

Ce qui va à l'encontre de cette vision, ce sont la bureaucratie et notre image publique. Mais nous pouvons contourner cela si nous sommes résolus à emprunter cette voie.

Je fais partie des optimistes. Les bibliothèques partout, et Dokk1 est un merveilleux exemple, ont déjà commencé à adopter ce changement de perspective.

Je suis également optimiste car au cours des 20 dernières années, alors que la technologie numérique changeait tout, elle a également permis aux gens de s'émanciper de leur besoin d'interactions humaines en direct.

Au début, nous avions peur que tout le monde se replie sur le monde virtuel et vive dans le cyberespace. En réalité, le web a facilité plus que jamais la recherche de personnes partageant les mêmes idées, l'organisation d'événements et d'initiatives locales.

Dans les années 80 et 90, les gens ont commencé à se regrouper dans des hackerspaces ou des clubs technologiques. C'était marginal et très geek, mais on pouvait déjà voir la tendance.

Au début des années 2000, avec l'essor des médias sociaux, les espaces de coworking ont également connu un essor — aujourd'hui, il existe des milliers d'espaces de coworking dans toutes les grandes villes du monde.

Ensuite, les mouvements du DIY et des makers se sont développés, et aujourd'hui, on compte des milliers de fab labs, de «repair cafés» et des «makerspaces».

De nouveaux types d'espaces communautaires se développent partout, comme les ruches d'art, qui sont des studios d'art publics locaux ou encore des clubs sociaux et autres tiers lieux.

Avec tous ces lieux, il est devenu de plus en plus facile pour les gens d'organiser des événements communautaires, de tenir des discussions, des débats publics, de partager des idées, de créer des ateliers.

Moi à cette étape de la conférence, montrant une exemple d'événement organisé par une communauté

Des plateformes basées sur le web comme Meetup ou E-180 ont été créées pour faciliter la rencontre de personnes dans le monde réel et apprendre ensemble.

Toutes ces initiatives, plateformes, événements et espaces physiques sont issues de la base. Elles ont émergé de la société, en dehors des institutions. Mais elles partagent nos valeurs — elles sont basées sur les principes de la communauté, du partage et de la transparence. Elles partagent également notre domaine d'expertise : la connaissance, l'information, l'apprentissage.

Pourquoi nous, bibliothécaires, n'avons-nous pas été, toutes ces années, vraiment impliqués, véritablement engagés et à l'avant-garde des mouvements des espaces de création, du logiciel libre, du savoir ouvert, du DIY, des fab labs?

Et pourquoi toutes ces communautés n'ont-elles pas trouvé refuge naturellement dans les bibliothèques de partout?

Cela nous ramène à nos problèmes de bureaucratie et d'image publique.

Tout d'abord, la bureaucratie. 

Les institutions publiques — et cela est vrai également pour les hôpitaux, les écoles, les agences gouvernementales — sont, par nature, des entités plutôt stables et réticentes au risque.

Cela peut être un atout dans de nombreuses situations, mais être capable de bouger rapidement et de prendre un certain niveau de risque sont des éléments nécessaires du processus d'innovation.

La question de l'innovation dans le secteur public est en soi un vaste sujet : mais rappelons-nous que c'est toujours plus facile d'innover en dehors de la boîte que dans la boîte.

Dans mon travail de consultant, je conseille souvent aux bibliothèques de créer des organismes de recherche et développement indépendants qui auraient pour mission d'explorer de nouveaux projets et méthodes alignés sur la mission de la bibliothèque.

Créer des espaces d'innovation à l’abri de la réticence au risque du secteur public n'est pas simple, mais d'après mes connaissances, le Danemark est bien plus avancé que nous sur ces questions chez nous au Canada.

Ensuite, vient la question de notre image publique.

Juste avant de quitter Montréal, j'ai dit à une connaissance que je me rendais au Danemark pour une conférence sur l'avenir des bibliothèques. La réaction de surprise de cette personne a été automatique, comme si j'avais prononcé un oxymore. J'ai répondu que les bibliothèques ont un avenir prometteur et redéfinissent leur rôle en tant que pôles communautaires florissants.

Mais pour cette personne, comme pour la plupart de mes connaissances non bibliothécaires, il est difficile de voir cela, principalement en raison de la force de l'image qu'a la bibliothèque dans notre imaginaire collectif.

Pour la plupart des gens, les bibliothèques sont toujours des bâtiments où l'on va emprunter des livres. C'est manifestement erroné, mais l'image persiste, et c'est une contrainte très réelle dans notre volonté de faire avancer la bibliothèque.

Il n'y a pas de solution réelle à cela, sauf d'agir là où on ne nous attend pas. Accomplir notre mission de nouvelles manières, sans nécessairement le présenter comme un service de bibliothèque, créer des projets en dehors des murs de la bibliothèque et concevoir pour les humains, à chaque étape du processus.

Trop souvent, nous oublions que les bibliothèques ne sont pas des bâtiments, mais des institutions, et que le monde entier est notre terrain de jeu.

N'oublions pas que nos principaux partenaires dans ces efforts sont les personnes et les communautés dans lesquelles nous sommes implantés. Comme nous l'avons vu, les gens ont soif de moyens de s'engager les uns avec les autres dans le monde réel, d'apprendre et d'échanger des connaissances.

En tant que bibliothécaires, nous devrions donner une voix plus forte à notre communauté, les laisser participer aux idées et même à certaines décisions, leur donner l'espace nécessaire pour organiser des événements et la possibilité d'expérimenter — c'est ce que j'appelle la bibliothèque participative.

À bien des égards, notre rôle en tant que bibliothécaires est de créer et de protéger des espaces collectifs neutres dans la société. Des contextes permettant la libre circulation des idées et des connaissances.

Certains de ces espaces peuvent être des espaces publics physiques — ou des «tiers lieux»; d'autres peuvent être des événements ou des plateformes numériques.

Dans tous les cas, pour que ces espaces prospèrent, ils doivent être habités par des personnes engagées, par notre communauté. Ces personnes possèdent des connaissances, des passions et des compétences énormes. Nous pouvons amplifier notre impact en activant notre communauté et en la faisant participer à la mission de la bibliothèque.

À bien des égards, c'est ce que je fais depuis les 8 dernières années, en tant qu'entrepreneur, à l'extérieur, et parfois avec les bibliothèques. En 2010, j'ai quitté mon emploi dans le réseau des bibliothèques publiques de Montréal pour travailler à temps plein sur mon organisme à but non lucratif, appelé Espaces temps.

Temps libre Mile End

Nous avons créé de nombreux projets, dont 4 sont devenus des entreprises sociales indépendantes. Je suis particulièrement fier de l'un d'entre eux, appelé Temps libre, un projet qui s'inspire en réalité beaucoup du monde des bibliothèques, mais qui se présente différemment et fonctionne comme une coopérative à but non lucratif.

Temps libre est un lieu hybride qui propose notamment un «espace public» physique. Un lieu ouvert à tous, gratuitement, qui comporte le moins de règles possible. Il est assez petit, mais attire chaque semaine des centaines de personnes, qui l'utilisent comme un lieu pour discuter d'idées et de projets, organiser des événements, participer à des ateliers, discuter de problèmes locaux, travailler sur des projets personnels ou professionnels, jouer à des jeux de société ou simplement lire en silence.

Champ des possibles (vue aérienne)

Voici notre bâtiment. Derrière, vous pouvez voir un parc, qui n'est pas vraiment un parc en réalité. C'était autrefois un terrain industriel, mais la nature l'a repris, et les habitants du quartier se sont battus pour le préserver en tant qu'habitat naturel. Nous l'appelons le «Champ des possibles».

Nous vivons des moments complexes, mais chaque jour, je me rappelle que nous avons toutes les raisons d'être optimistes, car le champ des possibles n'a pas de limites.

Merci !

note Note(s) liée(s)

diversity_3Organisation(s) reliée(s)

bookmark Terme(s) relié(s)

Coopérative 14 janvier 2023
Coopérative
14 janvier 2023
Coworking ou cotravail 17 avril 2023
Coworking ou cotravail
17 avril 2023
Débat public 5 juin 2023
Débat public
5 juin 2023
Démocratie 14 janvier 2023
Démocratie
14 janvier 2023
Do it yourself (DIY) 10 juillet 2023
Do it yourself (DIY)
10 juillet 2023
Entrepreneuriat social 14 janvier 2023
Entrepreneuriat social
14 janvier 2023
Fab lab 10 juillet 2023
Fab lab
10 juillet 2023
Guerres culturelles 10 juillet 2023
Guerres culturelles
10 juillet 2023
Hackerspace 10 juillet 2023
Hackerspace
10 juillet 2023
Liberté d'expression 10 juillet 2023
Liberté d'expression
10 juillet 2023
Logiciel libre 4 avril 2023
Logiciel libre
4 avril 2023
Makerspace 10 juillet 2023
Makerspace
10 juillet 2023
Organisme à but non lucratif (OBNL) 1 juin 2023
Organisme à but non lucratif (OBNL)
1 juin 2023
Quatrième pouvoir 10 juillet 2023
Quatrième pouvoir
10 juillet 2023
Repair café 10 juillet 2023
Repair café
10 juillet 2023
Ruche d'art 10 juillet 2023
Ruche d'art
10 juillet 2023
Tiers-lieu 10 juillet 2023
Tiers-lieu
10 juillet 2023

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 9 notes
Textes de Vincent Chapdelaine sur les bibliothèques
file_copy 9 notes
person
Intégré par Vincent Chapdelaine, le 10 juillet 2023 20:08

Auteur·trice(s) de note

forumContacter l’auteur·trice

Communauté liée

Bibliothécaires engagé·es pour le bien commun

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

10 mai 2017

Modification

27 janvier 2024 10:37

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Vincent Chapdelaine. (2017). L'avenir des bibliothèques publique. Praxis (consulté le 13 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/DYG_oOJzXGDzCzFSXziHieF7ie0/.

shareCopier