L'année 2023 à Projet collectif, sous la perspective de Joël

Cette note s'inscrit dans le contexte du rapport annuel 2023 de Projet collectif.

Illustration: Marc Larivière

Suite à une année 2022 de démarrage et de mise en place, l’année 2023 a permis d’ancrer Projet collectif, de façonner sa culture, de préciser ses contours, d’atteindre une erre d’aller…

C’est fou comme rien ne se passe comme on l’avait prévu. Nous rêvions Projet collectif, ce qui allait en émerger, l’équipe qui allait se mettre en place et la forme qu’allaient prendre les plateformes; et puis tout s’est déroulé différemment. La vision est là et se concrétise, mais en mieux, avec de belles surprises, quelques détours nécessaires et plus de profondeur, grâce à l’apport et aux perspectives de plein de merveilleuses personnes. Je parle ici de l’équipe, des collaborateur·trices, des membres du CA et des cercles et comités, des partenaires et des bailleurs de fonds : au final, c’est quelques dizaines de personnes qui nourrissent les idées et actions, directement ou indirectement, à travers ce qui devient un réel projet collectif. Merci d’être là, d’y croire. Merci de contribuer à réaliser cet espoir qui s’appuie dans le fond sur une intuition partagée: en collaborant mieux, en rendant plus accessibles les savoirs pratiques, nous allons contribuer aux actions porteuses de sens, qu’elles soient issues des communautés, des mouvements citoyens, des institutions ou des groupes informels.

Se mettre en mouvement et prendre soin

Nous sommes entouré·es de nouvelles sur l’état du monde qui sont difficiles à porter. L’anxiété que le contexte génère peut nous immobilier tout comme elle peut être génératrice d’action. J’apprends qu’il faut vivre la tristesse, les deuils et la colère qui en découlent. Que nous devons vivre ces émotions ensemble et les canaliser. Et que nous avons aussi besoin de joie, de poésie, de nouveaux récits.

Nous avons aussi besoin de prendre soin, individuellement et collectivement. Je vois trop de personnes dans mon entourage être épuisées. Ça implique d’être à l’écoute, de se soutenir, mais aussi de nommer les choses, dont les relations de pouvoir, les racines systémiques, ou encore la place à accorder à la créativité et au sens. J’ai compris cette année, à travers plusieurs échanges et discussions, à quel point la guérison est politique et incontournable pour renforcer le collectif. Cela implique aussi de résister à l’urgence et à la productivité, de sortir de l’imaginaire marchand et de prendre du recul et de prendre le temps de se parler, de s’écouter.

Atelier interne

Ma source d’espoir réside dans l’effervescence qui émerge et bouillonne partout présentement. Certaines actions ont des ancrages historiques forts, d’autres sont naissantes. Certaines sont visibles, d’autres se jouent en subtilité dans les interstices. On voit une volonté de structurer, de coaliser, de générer de la cohérence, de solidifier les écosystèmes, de politiser, de décoloniser et d’autochtoniser, de brasser la cage, de repenser notre rapport au territoire et au vivant. Plusieurs actions restent isolées, mais on sent une réelle volonté de se connaître mutuellement, d’ouvrir des espaces de rencontre et de discussion, puis de mettre en commun. Ce qui implique d’ailleurs de prendre le temps, justement...

Apprentissages

Je suis privilégié de travailler dans cette organisation, de côtoyer cette équipe sensible et créative… et de jouer ce rôle. Je le dis bien qu’en toute transparence, j’ai toujours eu de la difficulté avec le rôle de direction. Heureusement, c’est une co-direction et j’ai un plaisir immense de travailler avec Vincent, de qui j’apprends beaucoup, et de travailler avec une équipe formidable. Reste que ce n’était pas au départ le rôle que je me voyais jouer. Si j’ai contribué à créer Projet collectif, c’était pour créer un contexte propice pour assurer des fonctions qui m’apparaissaient essentielles (veille et analyse d’écosystèmes, animation, soutien, circulation des savoirs…) et qui correspondaient à la contribution que je souhaitais apporter, plus près de l’action. Je me suis finalement retrouvé dans un poste qui me nourrit puisqu’il me permet d’apprendre tous les jours, de rencontrer des gens inspirants avec qui se discutent des projets porteurs, et de me sentir en soutien à l’équipe. En fin de compte, hors de ma zone de confort, j’y prends plaisir et je me laisse porter pour les suites, pour agir là où ce sera utile, dans l’attente d’un jour me rapprocher du terrain et diminuer la charge mentale.

Du plaisir et des apprentissages, j’en ai vécu beaucoup en 2023, par exemple dans le déploiement des plateformes En commun qui ont récemment fêté leur premier anniversaire, à jaser de communs ou de décolonisation avec l’équipe, dans des participations comme au Collectif des partenaires en développement des communautés, à voir l’émergence de nouveaux projets comme Multitudes, à voir l’Édito quinzo se poursuivre, dans des démarches de soutien comme avec le RCAAQ, à définir la clarté stratégique et la pratique de Projet collectif, à initier un projet de recherche sur l’effervescence en transition socioécologique (à découvrir sous peu) et à vivre plusieurs dizaines de rencontres avec une multitude d’humains inspirants.

Bien sûr, il y a eu des stress, des imprévus, des tensions, des surprises, des financements non obtenus, des projets qui n’ont pas avancé comme on l’aurait souhaité, des démarches qui nous apparaissent incomplètes ou qui ont manqué d’amour… Tout ça fait partie des apprentissages pour les suites.

Suites

Au moment d’écrire ces lignes, l’année 2024 est déjà amorcée avec son lot de surprises, de nouvelles aventures, de projets inspirants, d’idées qui sortent du cadre, de perspectives critiques qui amènent des remises en question, d’espoirs et de belles discussions avec une équipe allumée. Verra-t-on naître une nouvelle plateforme sur En commun, un modèle de soutenabilité de commun numérique, de nouvelles cohortes, une deuxième Journée des savoirs ouverts, des milieux ouverts et des bases de connaissances?

Je souhaite surtout qu’on prenne soin collectivement de nous et qu’on laisse place à la poésie, à l’imprévisible.

PS - On trouve toujours le temps pour des discussions autour d’idées folles; faites signe 😃

note Note(s) liée(s)

Participation de Projet collectif au Collectif des partenaires en développement des communautés 14 mai 2024
Participation de Projet collectif au Collectif des partenaires en...
14 mai 2024
Participation de Projet collectif à Multitudes 14 mai 2024
Participation de Projet collectif à Multitudes
14 mai 2024
Déjà un an: joyeux anniversaire En commun 12 avril 2024
Déjà un an: joyeux anniversaire En commun
12 avril 2024
Clarté stratégique: récit des avancées 2023 27 mars 2024
Clarté stratégique: récit des avancées 2023
27 mars 2024
Milieux ouverts: revue annuelle 2023 27 mars 2024
Milieux ouverts: revue annuelle 2023
27 mars 2024
En commun: revue annuelle 2023 27 mars 2024
En commun: revue annuelle 2023
27 mars 2024
Édito quinzo: revue annuelle 2023 27 mars 2024
Édito quinzo: revue annuelle 2023
27 mars 2024
Cohortes de co-apprentissage en édition de savoirs ouverts: revue annuelle 2023 27 mars 2024
Cohortes de co-apprentissage en édition de savoirs ouverts: revue...
27 mars 2024
Vie interne de Projet collectif en 2023 27 mars 2024
Vie interne de Projet collectif en 2023
27 mars 2024
Le chantier de définition de la pratique de Projet collectif 27 mars 2024
Le chantier de définition de la pratique de Projet collectif
27 mars 2024
Praxis comme plateforme d’hébergement de bases de connaissances 27 mars 2024
Praxis comme plateforme d’hébergement de bases de connaissances
27 mars 2024
Sortir de l'imaginaire marchand 20 mars 2024
Sortir de l'imaginaire marchand
20 mars 2024
Projet de recherche sur l'effervescence en transition socio-écologique 14 septembre 2023
Projet de recherche sur l'effervescence en transition socio-écologique
14 septembre 2023
Présentation du carnet | Analyse de soutenabilité des plateformes En commun 22 février 2024
Présentation du carnet | Analyse de soutenabilité des plateformes...
22 février 2024
Cercles d'apprentissage des centres d'amitié autochtones 3 mai 2022
Cercles d'apprentissage des centres d'amitié autochtones
3 mai 2022
La nécessité de repenser les récits collectifs 19 février 2024
La nécessité de repenser les récits collectifs
19 février 2024
Rapport annuel 2023 de Projet collectif 26 janvier 2024
Rapport annuel 2023 de Projet collectif
26 janvier 2024
Un calendrier comme nouvelle plateforme En commun? 14 novembre 2023
Un calendrier comme nouvelle plateforme En commun?
14 novembre 2023
Leviers pour soutenir des écosystèmes (essai) 20 juin 2023
Leviers pour soutenir des écosystèmes (essai)
20 juin 2023

diversity_3Organisation(s) reliée(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 5 notes
Joël observe
file_copy 5 notes
person
Intégré par Joël Nadeau, le 5 juin 2024 09:35
file_copy 16 notes
Rapport annuel 2023 de Projet collectif
file_copy 16 notes
person
Intégré par Rémi Proteau, le 27 mars 2024 12:54

Auteur·trice(s) de note

forumContacter l’auteur·trice

Communauté liée

Équipe de Projet collectif

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Publication

27 mars 2024

Modification

29 mai 2024 14:20

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Joël Nadeau. (2024). L'année 2023 à Projet collectif, sous la perspective de Joël. Praxis (consulté le 14 juin 2024), https://praxis.encommun.io/n/5EyfTLdu2dqt6yD1wxqwOP8F8C8/.

shareCopier