Co-création de politiques publiques : Créer le Petit-Saguenay de nos rêves

👉 Contexte : Cette note fait partie du carnet Cartographie des initiatives inspirantes s'inscrivant dans la Transition socioécologique (TSÉ), réalisée dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés en 2023-2024.

👉 Intention : Cette note vise à présenter la démarche Créer le Petit-Saguenay de nos rêves en tant qu'initiative inspirante de co-création de politiques publiques, s'inscrivant dans la TSÉ. L'intention est de présenter une brève description du projet, son émergence et les difficultés rencontrés par ses porteurs. Les liens à établir entre cette initiative et la TSÉ seront également mis en lumière.

Description de l'initiative

La démarche Créer le Petit-Saguenay de nos rêves est une démarche de participation publique projective visant à alimenter les politiques de participation citoyenne et de développement durable de la municipalité de Petit-Saguenay. Les objectifs de la démarche sont d'élaborer une vision collective de l'avenir du village et de créer des opportunités de rassemblement pour les citoyens et citoyennes, suite à la période de confinement de la COVID-19.

Émergence de l'initiative

Pour construire le récit de vision collective et le plan d'actions à mettre en oeuvre pour atteindre ce rêve, la municipalité a organisé une vingtaine d’activités de février à mai 2022 pour aller à la rencontre des petits et des grands : marche-discussion, chasse aux cocos, arbre à souhaits de Noël, dîner-discussion avec les agriculteurs, ateliers créatifs, etc.

Diner-discussion avec les agriculteurs

Les ateliers tournaient autour des 21 thématiques de la transition socio-écologique du Grand Dialogue (l’alimentation, la mobilité, le territoire, la résilience, la nature, etc.) ce qui a donné naissance à de nombreuses discussions liées au développement durable. Les citoyen·ne·s participant·e·s ont donc pu proposer des pistes d’amélioration ou idées de projets à mettre en place dans le futur pour assurer selon eux un développement viable de la municipalité. Au total, ce sont près de 400 données (idées, besoins, rêves) qui ont été récoltées auprès d’un peu plus de 300 habitant·e·s du village (enfants, adolescent·e·s, aîné·e·s, agriculteur·rice·s, entreprises touristiques, etc.). 

Atelier de lecture et dessin à l'école primaire

L'approche adoptée fut axée sur le narratif, le rêve, le ludique, les évènements festifs et rassembleurs. La stratégie la plus importante fut d'aller là où les gens sont, d'aller à leur rencontre, en sollicitant le tissu associatif existant. Les clubs et différents organismes présents sur le territoire ont été des vecteurs de mobilisation importants. 

Cette démarche fut réalisée grâce au soutien du Grand Dialogue régional pour la transition socio-écologique au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le partenariat est simple : le Grand Dialogue apporte ses savoirs, des animateurs et du matériels à la municipalité de Petit-Saguenay, en échange, cette dernière leur fournit les données (besoins, rêves, idées, etc.) issues des animations pour alimenter leur rêve régional pour la transition. 

De nombreux médiums artistiques ont été utilisés au travers de cette démarche. La meilleure preuve de ce propos est la soirée de lancement des politiques où ces dernières étaient transposées en illustrations, en impro, en conte, en musique et en (fan)zines !

Illustration du récit de vision collective de Petit-Saguenay

Facteurs de succès et facteurs facilitants:

Un terreau local favorable

  • Un milieu réceptif : Petit-Saguenay possède un ADN de mobilisation.
  • Une dynamique politique proactive en matière de participation citoyenne (budget participatif, démarche d’éco-quartier participatif, etc.).
  • Une volonté collective d’expérimenter pour assurer la vitalité de la municipalité.
  • Une communauté à échelle humaine (635 habitants).
  • Une grande confiance de la majorité citoyen·ne·s envers l’appareil municipal et une grande proximité entre élu·e·s et citoyen·ne·s (des élu·e·s accessibles).
  • Un ancrage solide du projet dans le milieu : La municipalité est à l’origine du projet ‘’Créer le Petit-Saguenay de nos rêves’’ et souhaitait co-construire les politiques municipales avec ses citoyens. Elle a fait la demande de bourse de stage Mitacs et avait une volonté à travailler avec la recherche et d’expérimenter.

Des liens étroits avec la recherche

  • Implication aux Ateliers des savoirs partagés depuis 2017 dans une volonté de croisement des savoirs et d’apprentissages continus.
  • La démarche ‘’Créer le Petit-Saguenay de nos rêves’’ s’est inscrite dans l’aventure du Grand Dialogue sur la transition socio-écologique qui offrait une belle occasion de repenser les milieux de vie et de bénéficier d’accompagnement.
  • L’occasion de collaborer avec une étudiante motivée pour rêver ensemble et créer un nouveau narratif grâce à un financement de stage Mitacs déposé par la municipalité.

Une méthodologie réfléchie et innovante

La municipalité s’était déjà prêtée au jeu d’une démarche projective en 2008 pour la période 2008-2020. La temporalité était donc bonne pour lancer la démarche. Certains comités étaient essoufflés et un effort a été fait pour éviter une trop lourde charge sur les citoyens. La consultation a ainsi été un choix réfléchi pour demeurer dans la légèreté, car d’autres outils complémentaires de participation existent dans la localité – complémentarité des outils. Voir graphique ci-dessous.

Dispositifs de participation publique à Petit-Saguenay (selon l'échelle de l'INM)

Source: Municipalité de Petit-Saguenay (2023). Politique de participation citoyenne de Petit-Saguenay, p. 15
  • Une approche festive de la collecte d’informations et un effort d’aller rejoindre tous les groupes d’âge en allant à leur rencontre sur les lieux de leurs activités (aréna, salle communautaire, parc, école, etc.).
  • Des canaux de communication multiples (combinaison papiers, informatiques, bouches à oreilles).
  • Une adaptation du matériel participatif (adopter le langage du participant) pour les groupes d’intérêts (tissage pour le Cercle des fermières; randonnée avec le Club de marche, etc.)
  • Un esprit de créativité et d’ouverture tout au long de la démarche (amont, pendant, aval), être dans l’accueil de toutes les idées. Une démarche génératrice d’une ambiance positive et non-conflictuelle puisque s’inscrivant dans l’idéation, pas de projets propices à l’opposition.
  • Le souci de varier les animations et les formes de collecte, les lieux et horaires, de composer des groupes homogènes et hétérogènes; formelles et informelles, ce qui s’est soldé par une panoplie d’activités :  vox pop, arbres à souhaits, marche discussion, questionnaire postal, atelier à l’école, phot-o-pinion, création d’une chanson avec la chorale locale, etc.
  • La lecture au début de chaque activité de l’éthique du dialogue (Grand Dialogue) pour créer un climat de bienveillance (voir : https://granddialogue-slsj.com/ethique-du-dialogue).
  • Mobiliser certains experts lors d’ateliers au thématiques plus pointues.

Une coordination dynamique et un écosystème soutenant

  • Un réseau d’acteurs soutenant autour de la coordonnatrice : Municipalité de Petit-Saguenay (maire, agente de développement, agente culturelle), Communauté de Petit-Saguenay (habitant·e·s, associations, clubs, leaders), UQAC (directeur de recherche, Lagora); Grand Dialogue, ASP, Mitacs.
  • Une position plurielle de la coordonnatrice bien intégrée dans différents milieux (animation locale, habitante, chercheure, stagiaire).
  • Un processus transparent avec un atelier imaginé par le Grand Dialogue pour synthétiser et analyser des données avec les citoyen·ne·s et les élu·e·s.
  • Une finalité concrète à la démarche soit la création d’un récit collectif, l’adoption de deux politiques et d’un plan d'action par le conseil municipal. Ceci a donné lieu à un lancement des politiques municipales festif, artistique et mobilisant.
  • L’illustration du récit collectif par une graphiste talentueuse du Grand Dialogue a permis une belle appropriation et identification au projet.

Difficultés rencontrées et limites de la démarche

  • L’expérimentation implique de l’improvisation et l’ajout d’activités lorsque les occasions se présentent. Cependant, cette façon de faire évoluer le projet peut entrainer certains oublis. Par exemple, des personnes clés de la communauté n’ont parfois pas pu être présentes à certaines activités organisées à la volée).
  • Manque d’information et de formation : Par exemple, sur la transition socioécologique, il aurait été nécessaire par moment d’informer les gens en amont, pour partir sur des bases communes. La mobilisation d’experts aurait été nécessaire à certains moments pour bien saisir les enjeux. Des ciné-discussions auraient aussi pu aider à préparer le terrain. La communauté en a organisé a posteriori pour permettre d’échanger de s’approprier différents enjeux.
  • L’Eldorado de l’inclusivité : malgré tous les efforts pour rejoindre tout le monde, c’est une mission ardue. La démarche a réussi à rejoindre les gens intéressés et impliqués dans la communauté (loisirs, culture, sport), mais il fut difficile de rejoindre les gens qui sortent peu sans tomber dans l’intrusion. Il ne faut pas oublier que la participation demeure volontaire. Aussi, des moyens supplémentaires auraient été nécessaires pour rejoindre quelques personnes (traduction, langage des signes, etc.).
  • Dans la foulée de toutes ces activités, l’équipe a oublié de se doter d’espaces de discussion formel tout public (consultation publique traditionnelle par exemple) qui aurait pu permettre de rejoindre un autre public.
  • Le contexte post-COVID : les activités en ligne n’ont pas fonctionné, les gens voulaient se voir et échanger.
  • Articulation entre participation citoyenne et pouvoir décisionnel : la démarche demandait une grande confiance envers nos élu·e·s, car c’était eux qui avait le pouvoir de trancher en fin de parcours. Malgré une participation de type co-construction, des engagements politiques sont nécessaires. À Petit-Saguenay, cette confiance était présente, mais il s’agit d’une limite à prendre en compte si on veut appliquer la démarche ailleurs.
  • C’est une démarche à adapter à chaque milieu en fonction des dispositifs déjà présents, elle n’est pas reproductible mur à mur et nécessite des ressources humaines (coordination de la démarche) et financières (financement de ces ressources). Pour faciliter le transfert des connaissances et de la méthode, un petit guide sous forme de tableau reprenant les grandes étapes de la démarche a été produit par Juliette Charpentier dans le cadre de son mémoire (voir ci-bas) pour faciliter le transfert. Le CIUSS du Saguenay—Lac-Saint-Jean tente également, à une autre échelle, de s’inspirer et de systématiser une telle démarche dans le cadre de son projet Vitalité des communautés.

Les étapes pour cocréer une politique de développement durable et participatif dans une petite municipalité rurale

Source : Charpentier, Juliette (2024 – à venir). ‘’Évaluation de mécanismes participatifs innovants dans l’élaboration de politiques publiques en milieu rural : une étude de cas à Petit-Saguenay’’, Mémoire de maîtrise en études et interventions régionales, UQAC, p.164.

Liens avec la TSÉ

  • Le mandat même de coconstruire une politique de développement durable avec les citoyen·ne·s et plusieurs thèmes du développement durable s’inscrivaient directement dans la TSÉ. La démarche adoptée a permis de générer de l’adhésion et d’inscrire la revitalisation en cours dans une vision collective positive et porteuse d’espoir.
  • Permet de penser en dehors de la boîte et d’envisager des solutions innovantes : Les aspects artistiques et oniriques de la démarche poussent la population à se projeter, leur permettent de se réinventer et de renforcer leur pouvoir d’agir en tant que collectivité. La démarche a permis de se doter d’une vision pour savoir ou on veut aller ensemble. Il est vraiment question de pouvoir d’agir, car il ne s’agit pas simplement de rêver mais aussi de créer ce Petit-Saguenay de nos rêves.
  • Renforcit les liens sociaux et de confiance : Elle a aussi permis aux gens de se retrouver à la suite de la pandémie et de renforcer le tissage des liens sociaux, indispensables à la transition socioécologique. Celle-ci est systémiques et des actions sont nécessaires à différentes échelles et à partir de différents secteurs, le dialogue permet une telle articulation. 
  • Le projet était empreint d’une volonté d’entendre toutes les voix; de se doter d’un projet collectif fédérateur. L’inclusivité est nécessaire à une transition juste; la  première étape est d’être à l’écoute des gens.
  • Initie une mise en mouvement : À la suite de la démarche, la mobilisation en lien avec la transition socioécologique s’est poursuivie. Par exemple, les agriculteur·rice·s se sont mobilisé·e·s pour s’entraider et mettre en place un système de récupération des plastiques agricoles en partenariat avec la MRC du Fjord du Saguenay et la municipalité de Petit-Saguenay. La municipalité de Petit-Saguenay a, elle, organisé une école d’été sur le concept des communs et a aussi accueilli le festival Virage durant l’été 2023 et renouvelle l’expérience en 2024.

Pour en savoir plus:

Pour plus d'informations pratiques sur la démarche, consultez le site internet de la Municipalité de Petit-Saguenay: https://petit-saguenay.com/actualites/les-resultats-de-la-demarche-creer-le-petit-saguenay-de-nos-reves/

Pour consulter les politiques de développement durable et de participation citoyenne de la Municipalité de Petit-Saguenay: https://petit-saguenay.com/vivre/espace-citoyen/developpement-durable-participatif/

Pour une conférence en ligne sur la démarche, voir la note de l'atelier des ASP du 20 février 2024 - La participation citoyenne au cœur du développement des communautés

Charpentier, Juliette (2024 – à venir). ‘’Évaluation de mécanismes participatifs innovants dans l’élaboration de politiques publiques en milieu rural : une étude de cas à Petit-Saguenay’’, Mémoire de maîtrise en études et interventions régionales, UQAC: À venir sur: https://bibliotheque.uqac.ca/memoires-et-theses

Collectif (2024). Interstices : esquisses sur les utopies réelles au Québec, Éditions Esprit Libre, 187 p.

Les Actes de colloque du GRIR 2024. Le Québec face aux défis de la transition socio-écologique : repenser nos territoires urbains et ruraux (2022)

Pour en savoir plus sur le Grand Dialogue et le collectif LAGORA – Laboratoire de gouvernances alternatives

note Note(s) liée(s)

padding Carnet(s) relié(s)

file_copy 17 notes
Cartographie d'initiatives rurales inspirantes s'inscrivant dans la...
file_copy 17 notes
person
Intégré par Juliette Charpentier, le 29 janvier 2024 15:41
category
Démocratie et participation - démocratie participative, démarches prospectives, espaces de délibération, Art, culture, acccueil et ouverture - Animation socioculturelle, lieux de diffusion, activités de rencontre, Environnement, biodiversité et énergie - protection des écosystèmes, accès à la nature, sobriété énergétique, Fiche synthèse

Auteur·trice(s) de note

forumContacter les auteur·trice(s)

Communauté liée

Ateliers des savoirs partagés

Profil En commun

Communauté Passerelles

Carnets Praxis

forumDiscuter de la note

Localisation

Publication

29 janvier 2024

Modification

4 juin 2024 09:54

Historique des modifications

Visibilité

lock_open public

Pour citer cette note

Christine Champagne, Juliette Charpentier, Marie-Ève Lavoie. (2024). Co-création de politiques publiques : Créer le Petit-Saguenay de nos rêves. Praxis (consulté le 20 juillet 2024), https://praxis.encommun.io/n/cZkAhvJcGfAAhM7fwMEWmm2fyGc/.

shareCopier